Éducation

Image

Éducation

 

                                                                                        

L’éducation au Niger est confrontée à de nombreux défis malgré les actions et initiatives entreprises par le gouvernement.  En 1960, à l’indépendance du pays, le pays comptait 83 écoles, 466 classes et 21 054 élèves, pour un taux de scolarisation de 3,6 %.

La taille du pays, le manque de ressources, le milieu culturel sont autant d’éléments qui entravent le développement du système éducatif nigérien.  Le pays possède l’un des taux d’alphabétisation les plus bas d’Afrique. Selon les dernières estimées établies en 2017, ce taux était de 28,40%.  Entre 2006 et 2012, le nombre des établissements scolaires est passé de 9490 à 14 631 puis a environ 20 000 en 2019. Sur la même période le nombre de classes est passé 31 131 à 52 916 puis à 54 876 en 2019.

Le gouvernement a lancé en 2014 un plan sectoriel pour l’éducation et la formation qui s’étend sur 10 ans.

Le système éducatif nigérien est composé d’un niveau préscolaire, d’un niveau primaire, d’un niveau secondaire et d’un niveau universitaire.

 

Le préscolaire

Sur les 800 000 enfants qui viennent s’ajouter en moyenne à la population du Niger chaque année, seulement 50 000 environ prennent le chemin de la première année du préscolaire chaque année. Il s’agit essentiellement des enfants vivants à Niamey et dans les grandes villes du pays. En 2011, le taux de préscolarisation était de 5% en 2011, en 2014 il a progressé de deux points pour se placer à 7% montrant ainsi une tendance haussière. Actuellement ce taux se situe autour de 10%.

L’enseignement primaire

L’enseignement primaire compte six classes dans le système éducatif nigérien. En règle générale les enfants arrivent à cette étape à l’âge de 6 ou 7 ans. Le taux des enfants fréquentant l’école primaire a connu une croissance soutenue sur les dernières années. Il est ainsi passé de 18% en 1992 à 70% en 2012.  Les effectifs des élèves du primaire sont passés de 1.726.452 en 2010 à 2.666.748 en 2019, soit une progression de 54,5%. Le taux brut de scolarisation (TBS) de 63,5% à 69,8% sur la même période et le taux d’achèvement du primaire est passé de 41,7% en 2010 à 65,4% en 2019.  

L’enseignement secondaire

L’enseignant secondaire s’étale sur une durée de sept ans. Au terme duquel les candidats doivent se présenter à l’examen du baccalauréat. Chaque année, ce sont des dizaines de milliers d’élèves nigériens qui se soumettent à cet examen. Les taux de réussite dépassent rarement les 50%. Le Niger possède toutefois de nombreux lycées publics de renom.  Niamey la capitale abrite un lycée d’excellence créée en 1996. Sur les 10 dernières années, 453 nouveaux Collèges d’Enseignement Général et 15 lycées publics ont été créés.

Les universités publiques

Le Niger compte de nombreuses universités publiques, l’université Abdou Moumouni créée en 1971 est la doyenne des établissements d’enseignement du troisième degré. Elle forme chaque année des milliers d’étudiants dans des filières scientifiques, sociales et littéraires. Les autres universités publiques sont l’université de Say situé dans la ville du même nom et fondé en 1986, L’université de Zinder, l’université de Tahoua, l’université de Maradi, l’Université de Dosso, l’université d’Agadez, l’université de Diffa et l’université de Tillabery. Presque la totalité des huit régions que compte le pays dispose d’une université publique.

Les universités privées

Le Niger compte de nombreuses universités privées, l’université libre de Maradi, l’université populaire de Niamey ou encore l’Université canadienne du Niger sont de centres d’enseignement universitaire reconnus.  La majorité de ces universités se situent dans la capitale Niamey.

Please publish modules in offcanvas position.