Social

La société civile nigérienne fait entendre sa voix contre le projet de Loi de finances 2019, actuellement en examen à l’Assemblée nationale

La société civile nigérienne fait entendre sa voix contre le projet de Loi de finances 2019, actuellement en examen à l’Assemblée nationale

(Niamey et les 2 jours) - Encore en examen à l’Assemblée nationale, le projet de Loi de finances 2019, comme celui de 2018, suscite déjà une vive levée de boucliers de la société civile.

Cette dernière a clairement affiché son mécontentement sur plusieurs dispositions dudit projet, samedi dernier, lors d’une manifestation qui a mobilisé des centaines de personnes. Pour les protestataires, ce futur projet de loi, tout comme la précédente loi, contient des mesures qu'ils qualifient d'antisociales.

« Nous devons continuer à nous mobiliser. Des mesures injustes sont reconduites dans le projet de Loi de finances 2019 », a déclaré Diori Ibrahim, un des trois militants libérés vendredi dernier, après près de six mois d’incarcération consécutive à la manifestation contre la Loi de finances 2018.

Mais au-delà de la Loi de finances, la société civile a également profité de ce mouvement de protestation pour dire non à la présence des bases militaires étrangères au Niger, ainsi qu’à la mauvaise gouvernance.

Par ailleurs, la société civile s’était insurgée contre des « faveurs » accordées aux sociétés de télécommunications dans la loi 2018. Notamment, la suppression de la taxe sur les appels internationaux. Celle-ci va être rétablie en 2019, car, selon l’Etat, les compagnies de télécoms n'ont pas respecté le cahier des charges qui prévoyait une substantielle amélioration de leurs prestations.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.