Services publics

Le Gouvernement dissout le Conseil de la ville de Maradi pour faute de gestion et endettement

Le Gouvernement dissout le Conseil de la ville de Maradi pour faute de gestion et endettement

(Niamey et les 2 jours) - Deux mois après la révocation du maire de Maradi, le Gouvernement a décidé en Conseil des ministres du 13 août, de dissoudre l’ensemble du Conseil de la ville de Maradi et ses démembrements que sont les conseils d’arrondissements communaux, de Maradi 1, de Maradi 2 et de Maradi 3 pour mauvaise gestion et endettement résultant de faute de gestion.

Comme l’affirme le gouvernement dans un communiqué, ce conseil a fait montre de piètres performances dans la mobilisation des ressources propres et a été incapable de remplir sa mission de service public.

« L’analyse des données budgétaires des quatre dernières années de gestion (2014-2017) couvertes par une enquête administrative, fait ressortir un faible niveau de réalisation du budget, particulièrement en matière de mobilisation des ressources propres de la Ville. Il en ressort ainsi que le taux de réalisation du budget général de la ville, se situe à 30 % en moyenne pour les recettes et à 27,40 % pour les dépenses.», soutient le gouvernement.

En outre, « pour la même période, le budget d’investissement de la ville est réalisé en recettes à 28,9 % en moyenne, et à 19,78 % seulement pour les dépenses. A l’intérieur de ce budget, la part des impôts rétrocédés par l’Etat représente 55 % en moyenne par an », poursuit-il. Par ailleurs, la taxe municipale qui est censée être la principale ressource propre de la ville, n’est recouvrée qu’à hauteur de 5 % en moyenne par an. Conséquences, « il en résulte que c’est plutôt l’Etat qui finance le fonctionnement courant de la ville de Maradi, sans que cette dernière, à travers ses organes délibérants et exécutifs, ne manifeste pas un effort visible pour conforter l’autonomie financière que lui confère la loi, et ce, en dépit d’un important potentiel fiscal », déplore le gouvernement.

Cette faible performance budgétaire a entrainé un endettement excessif de la ville, se situant à hauteur de 4 milliards FCFA, apprend-on ; des raisons et bien d’autres évoquées pour  justifier cette dissolution. Et désormais, la ville de Maradi sera dirigée par une Délégation spéciale.

Cependant, en dehors de Maradi, les mandats des autres conseils municipaux, de villes et régionaux, ainsi que celle des délégations spéciales, ont été prorogés pour une durée de six mois, à compter du 17 août 2018.

SG

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.