Sécurité

Une mission ouest-africaine en solidarité avec les populations de Diffa, victimes de Boko Haram

Les membres du réseau reçus par le président de la Haute autorité à la consolidation de la paix. Les membres du réseau reçus par le président de la Haute autorité à la consolidation de la paix.

(Niamey et les 2 jours) - Une mission du Groupe de travail Femmes, Paix et Sécurité en Afrique de l’Ouest (GTFPS-AO) séjourne depuis le dimanche dernier au Niger. Conduite M. Conduite par Mme Agate Kemealo Telou Conseillère Genre au Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA) basé à Dakar au Sénégal.

Cette délégation composée de plusieurs femmes leaders est venue exprimer sa solidarité aux populations de la région de Diffa en général et surtout aux femmes et enfants déplacés ou réfugiés du fait des exactions de la secte Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad (aux confins des frontières du Nigeria, du Cameroun, du Tchad et du Niger).

A Niamey, les membres du GTFPS-AO ont rencontré des hautes personnalités dont le président de l’Assemblée nationale, la première Dame, la ministre de la Population, etc. Ils ont également eu des séances de travail avec des institutions comme la Haute autorité pour la consolidation de la paix et la représentation de l’UNFPA et le Conseil national de la Jeunesse. Il s’agit à travers ses consultations d’échanger des expériences sur le rôle et la contribution des femmes dans la prévention et la gestion des conflits ainsi que sur les processus de consolidation de la paix post conflits.

La mission du GTFPS-AO, compte se rendre à Diffa dans l’extrême Est du pays pour visiter les camps des réfugiés et s’enquérir des conditions de vie des femmes et des enfants.

L’insurrection Boko Haram a provoqué des déplacements massifs de populations entre le Niger et le Nigeria et à l’intérieur des frontières du pays. D’après la Cellule humanitaire du cabinet du Premier ministre, le Niger accueillait en juin plus de 160 réfugiés et retournés du Nigeria auxquels, il faut ajouter les déplacés internes. « Au total quelque 280.000 personnes déplacées, soit 40.000 ménages ont besoin d’assistance dans la région de Diffa. En termes de besoins alimentaires, 135.400 personnes sont concernés et le coût des besoins est estimé à 3 Milliards 214 Millions de francs CFA » avait expliqué Mme Seyni Kadidja Joséphine, coordonnatrice par intérim de la cellule humanitaire, lors d’une rencontre le 14 juin 2016.

M.S.S

Please publish modules in offcanvas position.