Sécurité

Vers l'adoption du droit de poursuite pour lutter efficacement contre le terrorisme au Niger, au Mali et au Burkina-Faso

Vers l'adoption du droit de poursuite pour lutter efficacement contre le terrorisme au Niger, au Mali et au Burkina-Faso

(Niamey et les 2 jours) - Le Niger, le Burkina Faso et le Mali travaillent ensemble à autoriser le droit de poursuite des terroristes de part et d’autres de leurs frontières communes. L’annonce a été faite par le général de brigade Pringrenooma Zagré (photo), le chef d’Etat-major des forces armées burkinabés, et relayée par le site d’informations Burkina24.com.

« Des réunions périodiques ont déjà mis en évidence la nécessité d’élaborer des accords pour autoriser le droit de poursuite de part et d’autre des frontières », a révélé le responsable militaire.

En effet, les forces armées de ces pays du Sahel se sont résolument engagées dans la lutte contre le terrorisme dans la région. Malheureusement, leurs efforts pour éradiquer le phénomène ne portent pas les fruits escomptés. En effet, les terroristes se faufilent facilement à l’intérieur des frontières de ces pays, ce qui limite l’efficacité des efforts opérés par les militaires pour les appréhender.

Le général Zagré a également laissé entendre que les responsables en charge de la question dans ces trois pays sont à pied d’œuvre pour en arriver à un accord inter-Etats dès janvier 2017.

Combinée à l’échange permanent d’informations, la procédure devrait permettre à ces trois pays d’anticiper et de s’épauler mutuellement en cas d’attaques pour mettre la main sur les assaillants, indique notre source.

Olivier de Souza

Please publish modules in offcanvas position.