Sécurité

Le Pentagone livre d’autres détails sur l’attaque du 4 octobre

Le Pentagone livre d’autres détails sur l’attaque du 4 octobre

(Niamey et les 2 jours) - En conférence de presse hier, le chef d’Etat-Major des armées des Etats-Unis d’Amérique, Joe Dunford (photo), a déclaré que son pays continuera à prêter assistance aux troupes locales au Niger malgré l’attaque meurtrière dont ont été victimes 4 de ses combattants dans le village Tongo Tongo (frontalier avec le Mali).

Cette sortie vient confirmer celle de l’ambassadrice des USA au Niger, Eunice Reddick. Dans une récente déclaration, elle a laissé entendre que cette attaque, bien que douloureuse, n’empêchera pas le Pentagone d’être aux côtés du Niger.

Joe Dunford a profité de sa conférence de presse pour livrer d’autres détails sur les circonstances de l’attaque du 4 octobre. Il révèle que les assaillants sont liés au groupe « état islamique », et que les forces spéciales étaient sur le terrain parce qu’une attaque dans cette zone, était jugée « improbable ».

Il a aussi révélé que les forces spéciales, croyant pouvoir contenir les agresseurs, ont appelé au renfort une heure après l’éclatement des combats. Une réalité qui a également retardé le rapatriement des soldats blessés.

Le chef d’Etat-Major a également confirmé la présence actuelle sur le terrain des éléments du commandement américain en Afrique (AFRICOM), et la police fédérale (FBI) pour peaufiner les enquêtes.

Dernière information à retenir durant la sortie médiatique de M. Dunford, des soldats américains sont déployés au Niger depuis plus de 20 ans. Actuellement, ils sont au nombre de 800 dans le pays.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.