Sécurité

Une faille dans le renseignement, à l'origine de l’attaque contre la patrouille nigero américaine

Une faille dans le renseignement, à l'origine de l’attaque contre la patrouille nigero américaine

(Niamey et les 2 jours) - C’est le ministre nigérien de l’Intérieur qui le dit. Invité sur Rfi ce matin, Mohamed Bazoum admet « une défaillance dans le renseignement humain ». « C’est une zone où ils (les terroristes, ndlr) sont plus présents que nous et ils ont des ressources qui leur donnent des informations précises,» commente-t-il.

Il informe que le convoi militaire tombé dans l’embuscade « menait une mission de renseignement et ils n’étaient pas très vigilants. (…) Cette zone était considérée comme sûre.»

Cette sortie révèle de plus en plus une difficulté réelle sur le terrain : le manque de renseignement dans les localités où opèrent les forces de défense et de sécurité. La sortie rejoint en outre la proposition de l’Enseignant chercheur Souley Adji qui exhortait le gouvernement à développer le renseignement des communautés. « Vous pouvez beau avoir les meilleures technologies du monde, tant que quelqu’un veut vous frapper et que vous ne savez pas à quel moment, évidemment ils vont frapper, » déclarait-t-il dans une récente interview accordée à Niameyetles2jours.

Le ministre nigérien a également parlé du camp de repentis disponible aux combattants nigériens de Boko haram jusqu’au 31 décembre prochain. « La plupart d’entre les repentis sont sincères parce que beaucoup se sont retrouvés là bas pour des raisons purement alimentaires.»

Mohamed bazoum informe toutefois avoir neutralisé certains ex-combattants dont les faits et gestes corroboraient la thèse d’une infiltration au nom de la secte.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.