Sécurité

Le coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU au Niger pour constater la situation à Niamey et Diffa

Le coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU au Niger pour constater la situation à Niamey et Diffa

(Niamey et les 2 jours) - Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, Mark Lowcock (photo), séjourne au Niger du 9 au 11 Septembre 2017 pour s’enquérir de la situation humanitaire dans le pays, particulièrement à Niamey et à Diffa dans l’Est du pays. 

Dans cette localité de l’extrême est du pays, il a rendu, ce dimanche 1à septembre, une visite aux personnes affectées par la crise dans le bassin du Lac Tchad. 

Le Niger, rappelle -t- on, fait face aux conséquences humanitaires engendrées par la crise sécuritaire dans le bassin du Lac Tchad et à l’instabilité dans certaines parties du nord du Mali. Aussi, le pays est confronté aux défis liés à l’insécurité alimentaire, à la malnutrition ainsi qu’aux épidémies et inondations saisonnières. 

Selon les chiffres officiels, plus de deux millions de personnes, dont 408 000 dans la région de Diffa, ont besoin d’assistance humanitaire au Niger. 

C’est la première fois que M. Lowcock visite un pays depuis sa prise de fonction le 1er septembre en tant que Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence. A Niamey, il a été reçu par le premier Ministre Birgi Rafini, avec qui, il a eu une séance de travail. 

Le Chef du gouvernement a déploré qu’il n’y ait pas eu jusque-là, un appui de la communauté internationale. 

Le second point évoqué par le Premier Ministre est la situation dans la région Diffa. Parlant de la situation sécuritaire dans cette localité, M. Birgi Rafini s’interroge sur le fait qu’une secte ait pu attaquer plusieurs Etats. Avant de s’interroger sur les soutiens de cette nébuleuse qu’est Boko Haram. 

Les militaires nigériens, rappelle-t-il, avec leurs frères d’armes d’autres pays ont fait un travail remarquable pour venir à bout de cette secte. La preuve, a indiqué le Premier Ministre, beaucoup des combattants de Boko Haram sont revenus au bercail. Le Niger a créé les conditions pour les accueillir et les former. La Communauté Internationale a applaudi cette situation. Mais personne n’a soutenu l’initiative du Niger portant à immobiliser les ex combattants qui sont entrain de retourner. C’est pourquoi, le Premier Ministre en appelle à la communauté internationale pour qu’elle soit plus réactive afin d’accompagner les efforts de l’Etat du Niger. 

Mark Lowcock a promis de rendre compte à la prochaine session de l’Assemblée générale des Nations Unies prévue courant cette semaine à New York toutes ces préoccupations du premier ministre. 

Mahamane Sabo Bachir

Please publish modules in offcanvas position.