Sécurité

La composante police de la force conjointe G5 Sahel bientôt opérationnelle

La composante police de la force conjointe G5 Sahel bientôt opérationnelle

(Niamey et les 2 jours) - Niameyetles2jours vous informait en décembre 2017 que si la force militaire conjointe G5 Sahel est prête à se déployer sur le terrain, sa composante police ne l’était pas.

Pour accélérer la cadence et faciliter l’opérationnalisation de cette composante, un atelier régional se tient depuis hier à Niamey et prendra fin demain jeudi. Objectif, discuter des modalités d’opérationnalisation de cette composante du contingent qui luttera contre les djihadistes dans la zone sahélienne.

En effet, une réunion du Comité Défense et sécurité du G5 Sahel s’est déroulée en décembre dernier à Bamako, au Mali, sur le sujet. Laquelle réunion a permis d’élaborer un Cadre d’organisation et de fonctionnement fixant les modalités de déploiement de cette composante police.

Ainsi, durant l’atelier, les Directeurs généraux de Police, de Gendarmerie, les procureurs des pôles judiciaires spécialisés, les chefs services spécialisés en matière de terrorisme et de criminalité transfrontalière, etc, se concertent sur des modalités comme l’affectation d’un haut gradé de Police auprès du Commandant de la force conjointe. Ceci, pour lui servir de Conseiller en matière de police judiciaire et de Coordonnateur avec les unités de la composante police déployées au niveau de chaque Etat.

Les participants examinent également les modalités d’appui de la force conjointe dans la lutte contre la criminalité transnationale ; le rattachement des éléments des unités de police à leurs juridictions nationales spécialisées dans le domaine de la lutte contre le terrorisme ; l’établissement des liens nécessaires entre la composante police et les autres structures à vocation sécuritaire du Secrétariat permanent du G5 Sahel.

Pour rappel, la composante police qui accompagnera les militaires dans le contingent sahélien, aura pour mission de traquer les trafiquants de tout acabit (stupéfiants, organes humains, etc) dans la zone sahélienne.

Son rôle consiste également à renseigner les militaires sur des détails liés à l’identité d’un présumé terroriste, arrêté durant leur mission. Ou encore à veiller au respect des droits (humains) des présumés terroristes qui seront arrêtés.

La force conjointe sahélienne qui comptera 5 000 hommes pour la composante militaire, est prête pour engager le combat.

Guevanis DOH

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.