Sécurité

Burkina Faso : « Il est urgent d’agir pour éviter le scénario du centre du Mali » (Timbuktu Institute)

Burkina Faso : « Il est urgent d’agir pour éviter le scénario du centre du Mali » (Timbuktu Institute)

(Niamey et les 2 jours) - « La privatisation du maintien de l’ordre et de la sécurité dans certaines régions du Burkina Faso est porteuse de risques en termes de heurts intercommunautaires », d’après Yague Samb, en charge du Pôle Résolution des conflits et dialogue politique au sein du Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies (Niamey)

Cette spécialiste des questions sahéliennes explique que « les récentes tueries perpétrées dans la région de Djibo sont le signe que la mesure de confier la sécurité à des groupes d’auto-défense peut être contreproductive et impacter sur les rapports déjà tendus entre des communautés qui ont pourtant longtemps vécu paisiblement ensemble »

Pour rappel, ce dimanche 8 Mars 2020, des attaques ont été perpétrées contre les villages peulhs de Dinguila, Barga et Ramdola situés au Nord du pays, par les Koglweogo, selon les sources de radio Oméga, bien que le communiqué du Président du Faso évoque encore, prudemment, des « individus armés non identifiés ».

Selon Yague Samb, « au-delà d'un très symbolique deuil national décrété par les autorités du Burkina Faso, il faudrait d’autres mesures  urgentes pour apaiser les vives tensions intercommunautaires afin d’éviter à tout prix un scénario similaire à celui du Centre Mali avec des tueries massives comme à Ogossagou »

« Les terribles évènements de Yirgou Fulbé auraient dû être une alerte et les autorités doivent revoir la stratégie consistant à confier des pans entiers de la sécurité à des milices et autres groupes d’autodéfense malgré la pression sécuritaire et la recrudescence des attaques », conclut, Yague Samb.

Please publish modules in offcanvas position.