Sécurité

Niamey, capitale sahélienne de l’anti-terrorisme à l’occasion de la rencontre des pays membres de l’UFL

Niamey, capitale sahélienne de l’anti-terrorisme à l’occasion de la rencontre des pays membres de l’UFL

A Niamey, la lutte anti-terroriste est aux cœurs des échanges qui réunissent depuis le mercredi dernier les patrons des services de renseignement de l’espace sahélien.

Algériens, Burkinabè, Maliens, Mauritaniens, Tchadiens, Nigériens ou encore Nigérians, se sont réunis pour étudier les voies et moyens de mieux coordonner leurs actions et de renforcer leur collaboration face à la menace terroriste.

Tous membres de l'Unité de fusion et de liaison (UFL), ils poseront le bilan de ce mécanisme en déterminant ses acquis et les nouvelles initiatives susceptibles de lui insuffler une nouvelle dynamique.

Si pour Bazoum Mohamed, ministre nigérien de la Sécurité publique, cette rencontre intervient alors que le contexte actuel est «marqué notamment par l'expansion de la menace terroriste ainsi que des nombreuses activités connexes imbriquées dans le crime transnational organisé », rien ne doit cependant entamer la mobilisation des différentes parties et leur détermination constante pour relever ce défi.

Pour y parvenir, dit-il, l’UFL doit adopter des mesures plus ambitieuses et pragmatiques en matière d'échange de renseignement opérationnel, dynamiser et moderniser sa politique commune de paix et de sécurité et à renforcer davantage la coordination entre les différents services de renseignement qui en sont membres. Cet appel intervient alors que les 270 attaques terroristes qu’a enregistré l’ouest africain l’année dernière ont fait plus de 4000 morts.

Aaron Akinocho

Please publish modules in offcanvas position.