Sécurité

Ce qu’on peut retenir de la Conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel

Ce qu’on peut retenir de la Conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel

(Niamey et les 2 jours) - La Conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel s’est déroulée, hier, à Niamey, en présence des présidents du Niger, du Mali, du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Tchad. Plusieurs résolutions ont été prises à ce rendez-vous.

« Les chefs d’Etat constatent que malgré les efforts importants déployés par les Etats membres pour instaurer la paix et le développement, la région reste confrontée à plusieurs défis, en particulier les actes terroristes récurrents», a déclaré Najim El Hadj Mohamed, Secrétaire permanent sortant du G5 Sahel, dans les recommandations de fin de l’évènement.

Par conséquent, le G5 Sahel réclame un mandat de l’Onu, selon le chapitre 7 de la charte des Nations unies. « Les chefs d’Etat se félicitent de la forte mobilisation de la communauté internationale en faveur du G5 Sahel. Ils réitèrent leurs appels aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies, d’examiner leur demande d’accorder au G5 Sahel un mandat sur le chapitre 7 des Nations unies.»

En effet, le chapitre 7 de la charte onusienne crée le cadre dans lequel le Conseil de sécurité peut prendre des mesures coercitives. Il permet au Conseil de constater « l’existence d’une menace contre la paix, d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression » et de faire des recommandations ou de recourir à des mesures militaires ou non militaires « pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales ».

Cette conférence a également permis aux présidents d’évaluer le niveau de préparation de la force militaire conjointe qui a déjà effectué deux opérations tests. Ceci, en attendant son déploiement effectif prévu à la fin du mois de mars, pour lutter contre le terrorisme dans la région.

Issoufou au sommet du G5 Sahel

L’autre grande nouvelle de la conférence est la nomination de Mahamadou Issoufou à la tête du G5 Sahel, en remplacement de son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta. Pour le ministre nigérien des Affaires étrangères, Abdoulaye Yacoubou, le Niger saura être à la hauteur. « Je suis très heureux que nous puissions assurer cette présidence. C’est un signe de confiance, mais je salue la présidence malienne qui s’achève aujourd’hui. Et nous voudrions dire que la présidence nigérienne sera à la hauteur, nous connaissons les attentes, nous savons ce que nous devons faire sur les questions de sécurité et de développement. »

Développement

La sécurité et le développement des Etats membres constituent l’objectif principal du G5 Sahel. En matière de développement, les chefs d’Etat ont parlé de la tenue, à Bruxelles, d'une conférence des donateurs, le 23 février prochain. Il sera question de mobiliser des fonds avec l’aide des partenaires pour encourager l’initiative « Alliance pour le Sahel » (destinée au développement de la région) et pour financer le Programme d’investissement prioritaire (PIP) du G5 sahel.

« Le programme d’investissement prioritaire met l’accent sur l’accroissement de la résilience des populations vulnérables aux effets des changements climatiques, de l’amélioration durable de la situation alimentaire et nutritionnelle, de la couverture des besoins sociaux de base (éducation et santé) avec un accent particulier sur la jeunesse pour laquelle une stratégie intégrée est envisagée et sur les femmes dont la situation fait l’objet d’une plate-forme», détaille le président nigérien dans son discours d’ouverture.

D’autres mesures ont été prises durant cette conférence, dont la suppression des frais d’itinérance (téléphonie mobile) entre les Etats membres du G5 Sahel.

Guevanis DOH

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.