Sécurité

La force conjointe G5 Sahel a lancé sa première opération hier mercredi

La force conjointe G5 Sahel a lancé sa première opération hier mercredi

(Niamey et les 2 jours) - La force antidjihadiste G5 Sahel est vent debout contre le terrorisme qui déstabilise surtout le Nord Mali et les frontières du Niger et du Burkina Faso. Hier mercredi, la nouvelle force a lancé ses opérations au Mali. Contrairement au démarrage autrefois annoncé au Niger. 

« Le déploiement des Maliens, des Nigériens et des Burkinabé de la force G5 Sahel a débuté ce matin. » a confié à l’AFP, le lieutenant colonel Marc Antoine. 

La première opération est nommée « Hawbi ». Pour l’heure, ce sont le Mali, le Niger et le Burkina Faso qui ont démarré en attendant le Tchad et la Mauritanie. Selon les informations, la force G5 Sahel mobilisera tous les bataillons des 5 pays vers mars 2018. La zone d’intervention de cette force est la partie transfrontalière entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. 

Le G5 Sahel aura un appui multiforme de la force française Barkhane pour cette offensive contre les groupes djihadistes. Lundi dernier, Jean Yves le Drian, ministre français des Affaires étrangères a promis œuvrer pour obtenir une nouvelle résolution permettant à la Minusma d’apporter son soutien logistique et opérationnel à la force conjointe. 

La question du financement n’est toujours pas réglée. La promesse des partenaires et ceux du G5 Sahel avoisine aujourd’hui 160 millions d’euros au moment où, Paris évoque un besoin de 260 millions d’euros pour démarrer avec les 5 000 hommes. Une conférence des donateurs est prévue le 16 décembre prochain à Bruxelles. 

Guevanis DOH

 

Please publish modules in offcanvas position.