Santé

La fièvre de la Vallée du rift fait 25 morts sur 73 cas enregistrés

La fièvre de la Vallée du rift fait 25 morts sur 73 cas enregistrés

(Niamey et les 2 jours) - Une épidémie de fièvre de la vallée du Rift sévit dans les districts sanitaires de Tchintabaraden et de Tassara,  région de Tahoua (environ 550 km au nord-est du Niger). A la date du 26 septembre dernier, 73 cas ont été enregistrés dont 25 décès d’après un communiqué conjoint du ministère de la Santé publique et celui de l’Elevage, publié hier.

Cette épidémie intervient au moment où se tenait la grande fête des éleveurs communément appelée ‘’Cure salée’’, qui se déroule chaque année dans la localité d’In’Gall, région d’Agadez, nord du pays). Au cours de cette fête, les éleveurs et leurs troupeaux convergent vers cette localité pour profiter du pâturage et des eaux riches en minéraux de la zone. « Le ministère de la Santé publique recommande d’éviter les contacts avec les animaux infectés, de limiter les déplacements d’animaux des zones infectées vers celles non infectées, d’enterrer avec précautions les cadavres d'animaux morts et de recourir aux formations sanitaires dès les premiers signes » a déclaré M. Idrissa Maïga Mahamadou, Secrétaire général du ministère de la Santé publique.

La fièvre de la vallée du Rift est transmise à l'animal par piqûre de moustique (Aèdes et Culex). Elle se transmet à l'homme lors de la manipulation des animaux malades ou de leurs carcasses, au cours de l'abattage ou de la découpe ou pendant les mises-bas et les interventions. L’homme peut également être contaminé par la consommation de sous produits provenant d’animaux infectés, ou par piqûre de moustiques. La fièvre de la Vallée de Rift est guérissable si le malade est pris en charge tôt, selon les spécialistes.

Les symptômes de la maladie sont la fièvre, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de ventre et de tête, un manque d'appétit et des vomissements. Chez les animaux, la maladie se manifeste par des avortements chez les brebis et les chèvres et une mortalité élevée des veaux.

Selon les statistiques du ministère de l’Elevage, le cheptel nigérien est estimé à plus de 40 millions de têtes toutes espèces confondues soit plus de 16 millions d’Unités de Bétail Tropical en 2015 pour une valeur de 3500 milliards de FCFA. L’élevage emploie plus de 87% de la population du pays et 20% vivent exclusivement des activités pastorales.

Sanda Mamane Siradji

Please publish modules in offcanvas position.