Santé

Des centrales pharmaceutiques privées fermées au Niger pour pratiques illicites et détention de médicaments périmés et douteux

Des centrales pharmaceutiques privées fermées au Niger pour pratiques illicites et détention de médicaments périmés et douteux

(Niamey et les 2 jours) - Après avoir constaté plusieurs infractions dans certaines centrales pharmaceutiques, le ministre de la Santé, Idi Illiassou Maïnassara (photo) a ordonné la fermeture « immédiate » de cinq d’entre elles.

Ce sont notamment Sonipharm, Pharmatech, Sodipharm, Fraternité santé plus et Unipharm SA, à qui il est reproché des pratiques illicites et le non-respect du règlement d’une manière générale.

Plus précisément, le ministre de la Santé leur reproche l’absence de recrutement d’un pharmacien directeur, l’importation des produits prohibés saisis par la cellule de lutte contre la drogue et les stupéfiants, l’absence de contrôle de la qualité des produits avant leur mise en consommation, l’approvisionnement des dépôts pharmaceutiques illégaux, le réapprovisionnement douteux, l’importation irrégulière, la non-destruction des produits périmés, la vente des produits à des particuliers, des ambulants. 

D’autres laboratoires pharmaceutiques ont, quant à eux, écopé d’une mise en demeure. Ce sont Codipharm, Sonimed, Cepropharm, Daihco, Al Seif SA, Humanwell, sanctionnés pour absence de mise en œuvre des recommandations de la précédente inspection, le non-respect des textes de l’OHADA, le non-contrôle de la qualité, et le report de destructions des médicaments périmés. Ceux-ci doivent rapidement régulariser leur situation pour ne pas être fermés.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.