Santé

Fièvre de la vallée du Rift au Niger : 32 décès sur 230 cas enregistrés au 15 novembre

Fièvre de la vallée du Rift au Niger : 32 décès sur 230 cas enregistrés au 15 novembre

(Niamey et les 2 jours) - L’épidémie de la fièvre de la vallée du Rift qui sévit depuis le mois d’août dans trois districts sanitaires au Niger (Tchintabaraden, Tassara et Keita dans la région de Tahoua), a fait 32 morts sur les 230 cas enregistrés à la date du 15 novembre dernier. C’est ce qu’a annoncé le comité de lutte contre l’épidémie au cours d’un point presse à Niamey. Avec ces 32 décès, le taux de létalité se situe ainsi à 14%, alors qu’il était de 50% au début de l’épidémie.

Cette amélioration est, d’après le colonel major Bila Maïna, secrétaire général du ministère de l’Environnement et du développement durable, par ailleurs vice président dudit comité, le fruit des dispositions prises par le gouvernement et des actions de terrains menées par le comité.

En effet, des centres de prise en charge ont été ouverts dans les zones concernées par l’épidémie. Mieux, la confirmation des cas se fait désormais au Centre de recherche médicale et sanitaire (CERMES) de Niamey. « Nous n’avons plus besoins d’envoyer les échantillons à Dakar. Notre pays a désormais la capacité de le faire au CERMES de Niamey » souligne le Colonel-major Bila Maïna. Des messages de sensibilisation sont aussi diffusés en langues nationales dans les zones infestées. Ce qui fait qu’à ce jour « 86% des cas ont été sauvés grâce au dispositif de prise en charge efficace mis en place » explique le Vice président du comité, qui précise que les décès ont été surtout enregistrés parmi les premiers patients admis à un stade avancé de la maladie.

Le Comité a demandé aux populations de se rendre immédiatement dans les services de santé dès l’apparition des premiers signes, notamment la fièvre, les céphalées, les courbatures pour recevoir les soins appropriés.

Vu que cette maladie se transmet des animaux à l’homme, le Colonel Bila Maïna a rappelé certaines consignes à respecter notamment celles de limiter les déplacements d’animaux des zones infestées vers les zones non infestées et vice versa ; de faire bouillir le lait avant consommation ; d’éviter le contact direct avec les animaux malades ; de se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon après manipulation d’un animal ; d’enfouir avec précautions les cadavres d’animaux morts et à déclarer aux services vétérinaires toute situation inhabituelle au niveau du cheptel.

Le comité de lutte contre l’épidémie de la fièvre de la vallée du Rift regroupe en son sein, les cadres et techniciens du ministère de la Santé publique, ceux du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage et du ministère de l’Environnement et du Développement durable. Il collabore aussi avec les partenaires techniques et financiers et les organisations de la société civile.

MSS 

Please publish modules in offcanvas position.