Politique

Le Niger rend un vibrant hommage à Salifou Diallo lors de ses obsèques à Ouagadougou

Le Niger rend un vibrant hommage à Salifou Diallo lors de ses obsèques à Ouagadougou

(Niamey et les 2 jours) - C’est à un véritable ballet d’hommages empreint d’émotions que l’on vient d’assister lors des obsèques du Président de l’Assemblée nationale burkinabè, chef du parti Mpp au pouvoir, Salifou Diallo. Grand ami du Niger, l’illustre disparu a reçu de la part des autorités nigériennes de premier rang, un vibrant hommage dont voici quelques extraits :

Mahamadou Issoufou, Président de la République du Niger au nom de l’Ua

289_in-1.png

Notre frère Salif a été arraché à notre affection le samedi 19 août 2017. La nouvelle nous a assommé à notre réveil et ce jour fut un jour bien sinistre. Nous voici aujourd’hui réuni par notre chagrin commun pour lui dire adieu. Ta disparition est plus qu’une perte, elle est désastre.

J’ai connu Salif au cours de l’année 1991. Depuis lors, nous sommes restés en contact permanent et de plus en plus étroit. C’est lui qui a conféré à notre relation ce cachet si particulier. C’était un homme totalement à part.

Au cours de sa vie plutôt courte mais combien dense et intense, il nous a laissé des souvenirs impérissables ; souvenirs d’un homme plein de générosité, un homme fidèle en amitié ; souvenirs aussi d’un modèle d’engagement politique.

Certains diront que Salif était un fin tacticien. D’autres diront qu’il était un grand stratège. Salif était tout cela. Mais, par dessus tout, il était un fin politique dont l’engagement dépasse les frontières du Burkina Faso.

Monsieur le président du Faso, je devine ce que vous avez perdu. Mais je sais que vous savez que le plus grand hommage que vous avez à rendre à la mémoire de Salif, c’est de poursuivre votre combat commun contre les valeurs qui ont fondé votre action commune.

Le Niger et les autres pays seront toujours à vos côtés dans toutes les épreuves.

Nous prions Dieu le Miséricordieux, d’accorder à notre frère Salif sa clémence et qu’il l’accepte dans son royaume éternel. Amen.

Mohamed Bazoum, ministre d’Etat nigérien, ministre de l’Intérieur, chef du parti Pnds au pouvoir au nom des amis de Salifou Diallo

289_in-2.png

Cher ami Salif, tes amis, tes camarades, tes frères africains qui aimaient tant ta compagnie et que tu aimais tant à inviter à Ouagadougou sont tous là aujourd’hui pour te dire adieu. Nous sommes venus pour te témoigner l’immense affection que nous avons toujours eue pour toi. Nous sommes venus te dire que la mort cruelle qui est venue t’emporter a provoqué un désastre sentimental en chacun d’entre nous. Nous sommes venus, certains nombreux avec leur famille pour te témoigner notre chagrin et notre consternation infinie.

Nous sommes venus aussi te témoigner notre reconnaissance. Tu fus en effet pour nous tous, un ami exceptionnel. Ta générosité est incomparable. Tu as fait de Ouagadougou dans les années 90, un pays de grand carrefour africain. C’est ici chez toi que nous nous sommes pour la plupart rencontrés et connus. C’est autour de toi que nous avons lié les liens d’amitié et qui nous unissent aujourd’hui encore. Tu as été le ciment de cette grande toile de réseau d’amitié et de combat. Ta disparition crée un vide que rien ne pourrait combler parce que tu étais exceptionnel à tous égards.

Ta fidélité en amitié n’a d’égal que ta générosité. Tes relations avec les amis n’ont jamais été affecté par les aléas du temps. Tu étais constant, l’amitié pour toi était une question d’éthique et de conviction. C’est pourquoi chez toi, l’amitié et la politique sont toujours mêlées. Combien de fois n’as-tu pas demandé à un quelconque d’entre nous de venir à Ouagadougou comme tu aimes le dire, « faire le point ».

Si j’insiste sur ce côté de ta personne, c’est parce qu’il me semble moins connu du grand nombre. Ce que l’on connaît le plus de toi, c’est la conviction politique, le caractère intégral de ton engagement et le peu d’égard que tu as pour les compromissions.

Mon propos est de dire que si comme adversaire politique, tu peux être un homme coriace, comme allié ou ami, tu es d’une loyauté à toute épreuve et d’une tendresse exquise. Voilà pourquoi une fois encore tu es un homme unique.

Ta mort est un désastre pour nous tous tes amis et pour ton parti le Mpp ainsi que pour le Burkina Faso. En ces instants de grande tristesse, je voudrais au nom des camarades africains présents dans cette salle, te présenter nos condoléances émues à ta mère, ton épouse, à tes enfants et à tous les membres de ta famille.

J’adresse mes condoléances au président Roch Marc Christian Kabore.

Je voudrais témoigner notre solidarité et notre soutien au Mpp.

Cher ami Salif, que Dieu, le Clément miséricordieux t’accepte dans son royaume et couvre de sa bénédiction tes enfants. Tu es mort Salif c’est vrai, nous sommes même obligés d’apprendre à venir à Ouagadougou sachant que tu ne nous attends plus. Mais, tu ne mourras jamais dans nos mémoires. Repose en paix cher ami.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.