Gouvernance économique

Le PR Issoufou reçoit Moussa Faki de l’UA, omerta sur le retrait du Nigéria de la ZLEC

Le PR Issoufou reçoit Moussa Faki de l’UA, omerta sur le retrait du Nigéria de la ZLEC

(Niamey et les 2 jours) - Le Président nigérien, Coordonnateur du processus de mise en œuvre de la ZLEC (Zone de libre-échange continental), a reçu hier en audience à Kigali au Rwanda, Moussa Faki, Président de la Commission de l’Union africaine.

L’audience s’inscrit dans le cadre du lancement demain mercredi, de la ZLEC, lors d’un sommet extraordinaire de l’UA au Rwanda.

« Le Président Issoufou Mahamadou a produit un rapport d’étape qui a été apprécié par ses pairs en janvier 2018 et c’était sur la base de ce rapport que l’UA a décidé de la tenue de ce Sommet Extraordinaire le 21 mars 2018.», a contextualisé le Président de la Commission de l’UA.

 Moussa Faki dit aussi avoir sollicité l’audience pour rendre compte au Président nigérien des réunions des ministres du Commerce du continent, de la Justice, des ministres des Affaires étrangères et du Comité du Représentant permanent (COREP). Lesquelles réunions ont permis de faire les derniers réglages pour le lancement de la ZLEC. « Un certain nombre de propositions sont faites et les choses avancent très bien.», a-t-il rassuré.

Hic nigérian

Le retrait, dimanche, du processus du lancement de la ZLEC par le Nigéria, n’a pas été publiquement abordé par le Président de la Commission à sa sortie de l’audience.

Rappelons que le Nigéria s’est désolidarisé du processus dimanche dernier, par un communiqué de la Présidence. « M. le président ne voyagera plus vers Kigali parce que certains actionnaires nigérians ont fait savoir qu’ils n’ont pas été consultés… Ils ont quelques réticences quant aux conditions de ce traité.», argue la Presidence nigériane qui ajoute qu’il s’agit d’une décision visant à « donner plus de temps aux consultations». 

Selon les recoupements, les syndicats nationaux ont émis plusieurs réserves quant à l’ouverture du marché nigérian au reste du continent. Notamment le Nigeria Labour Congress (NLC) qui demande à être davantage impliqué dans les négociations.

 Ce retrait est vraisemblablement un coup dur pour l’UA, compte tenu du fait que le Nigéria est l’une des meilleures économies du continent avec une population de 190 millions d’habitants.

D’un autre point de vue, l’on devrait s’y attendre, pour un pays qui a connu entre 2014 et 2017, une récession économique due à la chute des cours du pétrole et la dépréciation de sa monnaie.

Rappelons que le Président Muhammadu Buhari a adopté une politique économique ultra-protectionniste durant la récession.

Guevanis DOH

Banner 2

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.