Gouvernance économique

La croissance reprend en Afrique, la BM attire l’attention sur les endettements de certains pays dont le Niger

La croissance reprend en Afrique, la BM attire l’attention sur les endettements de certains pays dont le Niger

(Niamey et les 2 jours) - La Banque mondiale (BM) a publié, hier, son rapport semestriel « Africa’s pulse » sur les progrès économiques de l’Afrique. Il en ressort que le continent renoue avec la croissance qui devrait s’établir à 3,1% en 2018, pour l’Afrique subsaharienne, et atteindre une moyenne de 3,6% en 2019-2020. Ceci, contre 2,6% en 2017 et 1,5% en 2016.

Toutefois, cette croissance n’est pas suffisamment forte pour éradiquer la pauvreté, selon Albert Zeufack (photo), Economiste en chef de la Banque mondiale (BM) pour la région Afrique. « La croissance n’est pas suffisamment forte pour éradiquer la pauvreté dans un horizon proche, elle est juste légèrement supérieure au taux de croissance de nos populations », analyse-t-il. 

L’institution de Bretton Woods cite au rang des bons élèves, les pays comme la Tanzanie, l’Ethiopie, le Rwanda qui ont connu une croissance de plus de 6%, ces dernières années. 

Par contre, la croissance reste faible dans les pays de la zone Cemac (Afrique centrale). La Banque mondiale rappelle que c’est la partie du continent la plus dépendante des ressources naturelles. Ce qui voudrait dire que la volatilité des cours des matières premières entre 2014 et 2016, voire 2017, a fragilisé leurs économies. Il s’agit globalement du Gabon, du Congo (Brazzaville), de la Guinée équatoriale, etc. 

Alerte générale sur la gestion de la dette 

L’autre point à retenir durant le point de presse tenu hier, à Washington, porte sur la gestion de la dette par les pays africains.

La BM renseigne que la dette publique s’est agrandie en Côte d’Ivoire et au Sénégal qui continuent d’effectuer des emprunts pour financer leurs ambitieux programmes. L’augmentation de la dette s’est aussi ressentie au Niger et en Sierra Leone, tous les deux exportateurs de métaux (or, uranium, etc.) qui ont été contraints de se tourner vers les emprunts, face à l’impossibilité de tirer profit de leurs ressources naturelles, à cause de la chute des prix des métaux précieux à l’échelle internationale. 

La BM rappelle que le niveau d’endettement élevé pose un problème de soutenabilité parce qu’il faudrait avoir le temps de payer et rembourser cette dette.

Malheureusement, déplore Albert Zeufack, « nous constatons qu’il y a une discordance entre la maturité des emprunts qui se font par rapport au temps de remboursement. Ils sont de courte maturité. Donc nos pays doivent faire attention et structurer le plan de la dette », avertit-il, avant d'affirmer qu’il est normal de s’endetter pour investir et créer des emplois. Parallèlement, il faudrait que les pays arrivent à stimuler l’économie et favoriser le développement du secteur privé, préconise-t-il. 

La BM conseille, en outre, aux pays subsahariens d’opter beaucoup plus pour les prêts concessionnels à taux très faible et à longue maturité pour financer les infrastructures. « Mais là, les maturités sont courtes, donc les risques sont plus élevés et il est important de trouver les moyens pour stimuler rapidement l’économie afin de faire face à la dette », ajoute M. Zeufack.

Une autre piste de solution préconisée par la BM est l’amélioration de l’efficacité de la dépense publique. « Il faut élargir l’assiette pour ceux qui sont en mesure de payer l’impôt et qui ne le font pas. Mais cela implique aussi d’orienter cette politique vers les taxes immobilières et foncières qui sont plus justes que des impôts sur la consommation. C’est ça qui va permettre de mobiliser les ressources », conseille notre source. 

Pour information, le taux de croissance au Niger a été de 5% en 2017. La dette représentait 36,2% du PIB en 2015 ; 40% en 2016 et 42,7% en 2017. En 2018, l’Etat anticipe un niveau d’endettement à 45,1%. 

Guevanis DOH

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.