Gouvernance économique

Après le Ghana, le Kenya et le Rwanda, le Niger ratifie l'Accord sur la création de la zone de libre-échange continentale africaine

 Le président nigérien Issoufou Mahamadou (à gauche) et le président de l’UA Paul Kagamé (à droite) à la dernière conférence pour la ZLECA à Kigali. Le président nigérien Issoufou Mahamadou (à gauche) et le président de l’UA Paul Kagamé (à droite) à la dernière conférence pour la ZLECA à Kigali.

(Niamey et les 2 jours) - Après l’adoption par le Parlement nigérien de la loi autorisant la ratification de l'Accord sur la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), le Niger a déposé auprès des instances de l’Union africaine, le document matérialisant son approbation.

Le pays est donc le quatrième Etat membre de l’Union africaine (UA) à donner son feu vert pour la ZLECA, après le Ghana, le Kenya et le Rwanda. Mais pour l'heure, ils ne sont que quatre Etats à avoir sauté le pas. Or, il faudra un minimum de 22 ratifications pour que l’accord sur la ZLECA entre en vigueur.

Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, en recevant le document du Niger, a exhorté tous les Etats encore à la traîne, à suivre le sillage du 4è signataire afin de faciliter la mise en œuvre de cet accord.

Pour mémoire, la décision de la création de la ZLECA date de 2012 et elle vise à regrouper les 54 États de l'UA dans une zone de libre-échange. Elle a été adoptée le 21 mars 2018 à Kigali (Rwanda) par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine.

L'objectif de cet accord est de casser les barrières douanières entre les Etats dans le but de faciliter les échanges à l'intérieur du continent africain. Toute chose qui permettra selon la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) d’accroître de 52%, le commerce intra-africain d'ici à 2022 et le volume monétaire de ces échanges, estimé à 35 milliards de dollars.

SG

Banner 2

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.