Gouvernance économique

Le taux de pression fiscale passera de 16% à 20% d’ici 2021 (Pr Issoufou)

Le taux de pression fiscale passera de 16% à 20% d’ici 2021 (Pr Issoufou)

(Niamey et les 2 jours) - Augmentation du taux de pression fiscale à 20% d’ici 2021 au Niger. Dans son discours prononcé vendredi dernier, au Forum économique internationale des Amériques à Paris en France, le Président nigérien a déclaré que « le Plan de développement économique et social 2017-2021 est bâti sur une hypothèse de progression continue du taux de pression fiscale qui passerait de 15-16% actuellement à 20% en 2021. Au-delà de cette date, les efforts doivent être poursuivis pour porter ce taux à 25-30% », a-t-il ajouté.

Ce discours du Président intervient à un moment où l’augmentation du taux de pression fiscale (de 13 à 16,2%) pour la loi des finances 2018, fait des mécontents au sein de l’opposition et des organisations de la société civile qui projettent d’ailleurs de manifester le 21 décembre prochain.

Pour Mahamadou Issoufou, cette décision est motivée par le fait que la mobilisation des ressources internes reste un pilier important pour les pays de l’espace francophone de financer leur émergence. « Alors que dans les pays développés, les taux de pression fiscale sont généralement supérieurs à 30% du PIB, atteignant dans certains cas plus de 50 pour cent dans beaucoup de pays à revenu intermédiaire et moins avancés, ces taux sont en deçà de 15% (dans les pays en développement de l’espace francophone, ndlr).»

Et pour y arriver, le Président nigérien mise sur la restructuration de l’économie nationale. « D’importantes réformes sont en cours dans les régies financières telles que l’interconnexion des régies, l’interconnexion des bureaux de douanes avec les ports des pays de transit, la suppression des valeurs administratives en douane, l’institution d’une taxe d’habitation basée sur la puissance du compteur électrique, la réduction des exonérations, la mise en place des budgets programmes, le contrôle à priori des marchés publics, etc.», mentionne-t-il dans son discours.

D’un autre côté, M. Issoufou compte également améliorer l’efficacité de la dépense, « le tout accompagné d’un programme de lutte de longue haleine contre la corruption».

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.