Gouvernance économique

Aide publique, Ide, transferts financiers… piliers pour l’émergence dans l’espace francophone (Pr Issoufou)

Aide publique, Ide, transferts financiers… piliers pour l’émergence dans l’espace francophone (Pr Issoufou)

(Niamey et les 2 jours) - Le Président nigérien a pris part vendredi dernier, au Forum économique internationale des Amériques à Paris, en France. L’évènement est consacré au financement de l’émergence économique dans l’espace francophone et est organisé par le Forum économique international des Amériques (Feia), en collaboration avec l’Oif.

Dans son discours, Mahamadou Issoufou (photo) a mis l’accent sur quatre points essentiels pour l’émergence des pays en développement au sein de l’espace francophone : l’aide publique au développement, les investissements directs étrangers, les transferts financiers des diasporas et les ressources internes des Etats.

Concernant l’aide publique au développement, il trouve insuffisant le montant (56 milliards de dollars en 2015) accordé par les pays développés à l’Afrique. Le Président nigérien invite à l’application des engagements pris, lors des conférences sur le financement du développement à Monterrey (Mexique) et à Doha (Qatar). Durant ces rencontres, les pays développés s’étaient résolus à consacrer 0,5% de leur Pib à l’aide au développement à partir de 2010 ; avec pour objectif de passer à 0,7% à l’horizon 2015.

Second point pour favoriser l’émergence des pays en développement dans la zone francophone, les Ide (Investissements direct étrangers) selon M. Issoufou. « Les pays de l’espace francophone doivent miser d’avantage pour leur émergence sur le commerce et les investissements directs étrangers. C’est ce que nous faisons au Niger à travers l’amélioration du climat des affaires.», déclare-t-il en faisant allusion au nouveau cadre de partenariat public-privé dont dispose le pays. « La consolidation de l’Etat de droit garantissant une sécurité juridique aux investisseurs, l’existence des codes fiscaux, miniers, pétroliers, et d’investissements incitatifs sont autant d’instruments favorables à l’investissement.», a-t-il ajouté.

Le Président nigérien a profité pour alerter sur des « activités spéculatives » ayant cours dans le monde : « en Europe et en Amérique du Nord, le volume des transactions financières est presque 100 fois plus important que le PIB nominal des Etats. La gouvernance économique et financière mondiale doit se préoccuper de cette importante question», recommande-t-il.

Troisième point clé pour l’émergence, les transferts de fonds opérés par les diasporas. Mahamadou Issoufou a laissé entendre que les transferts de fonds de la diaspora vers l’Afrique est de 60 milliards de dollars et provient de 30 millions de ressortissants Africains actifs dans le monde. « C’est pourquoi il faut encourager les transferts formels à travers notamment, la baisse des coûts de transfert, des facilités d’investissement dans les pays d’origine, des banques capables de faire le pont entre les pays d’accueil et les pays d’origine.», souhaite-t-il.

Dernier point important, selon M. Issoufou, la mobilisation des ressources internes dans les pays moins développés. Ce qui passera par l’augmentation des taux de pression fiscale généralement en dessous de 15% dans les pays en développement de l’espace francophone.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.