Gouvernance économique

Une mauvaise gestion à l’origine des arriérés de salaire à la Mairie de Niamey, selon le Directeur général du Trésor

Une mauvaise gestion à l’origine des arriérés de salaire à la Mairie de Niamey, selon le Directeur général du Trésor

(Niamey et les 2 jours) - Lors d’un point de presse tenu mercredi, le Directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique a longuement détaillé les raisons des 7 mois d’arriérés de salaire que la ville de Niamey doit à ses employés. Une explication qui apporte enfin une version officielle à cette affaire qui a plongé les agents dans une situation de crise inconfortable.

Le Trésor public (autrefois pointé du doigt par la Mairie comme source des problèmes du non-paiement des agents des collectivités territoriales) laisse entendre qu’il n’a pas de « raison particulière à bloquer des fonds de la Ville de Niamey».

Issa Djibo, arrivé à la tête du Trésor public, il y a deux mois, laisse entendre que la ville de Niamey dispose d’un compte de correspondant du Trésor. Ce compte est alimenté uniquement par les ressources collectées de la rétrocession partielle ou totale d’impôts par l’Etat. Ce compte supporte les dépenses de la ville de Niamey, au moyen d’ordres de virement ou de paiement que la ville de Niamey envoie au Trésor. Le compte doit toujours présenter un solde créditeur ou nul selon la réglementation en vigueur pour un compte de correspondant.

« Le comptable n'est pas autorisé à payer, c'est-à-dire à débiter le compte, que dans la limite des ressources disponibles, » précise Issa Djibo. Raison pour laquelle le Président du Conseil de la ville doit vérifier régulièrement la situation des ressources sur le compte avant de faire d’autres dépenses, détaille le Directeur du trésor : « Il nous semble que ce n'est malheureusement pas le cas à la Ville de Niamey», se désole-t-il.

Argumentation

En termes clairs, le paiement des arriérés de salaire des agents de la mairie de Niamey ne dépend pas du gouvernement, la ville disposant d’un compte de correspondant autonome. Toutefois, pour trouver une solution à la tension qui prévaut à la mairie, le Directeur du Trésor renseigne qu’une réunion dirigée par le Premier ministre Brigi Rafini, s’est tenue le 11 février 2017. La rencontre a permis de faire l’état de la situation financière du compte de dépôt de la ville de Niamey au 31 janvier 2017. Ce qui ressort, selon Issa Djibo, est que le compte dégage un solde débiteur d’un peu plus de 232 millions de Fcfa. « D'autres ordres de virement et de paiement de plusieurs milliards, portant en partie sur le rachat des marchés Albarka et As Salam, reçus de la ville de Niamey n'ont pas été honorés et donc ont été retournés, faute de crédits suffisants pour leur prise en charge. Il en a été ainsi des demandes de paiement de salaires pour la période de juillet à décembre 2016 par le Président du Conseil de ville de Niamey, adressées le 27 janvier 2017 au Directeur général du Trésor, pour un montant cumulé de 2 385 246 693 FCFA », ajoute M. Djibo.

Engagement

Le Directeur du Trésor précise qu’à l’issue de la réunion avec le Premier ministre, le Maire central de la ville de Niamey, Hassane Seydou, s’est engagé à « prioriser désormais le paiement à terme échu de ses salariés, sur la base des recettes que la ville de Niamey aura engrangées pour le mois de février 2017, le reversement du montant de 261 millions de Fcfa, actuellement disponible dans son compte, a d'ailleurs été demandé le vendredi 3 mars 2017».

En outre, le maire a également promis trouver une solution appropriée aux arriérés de salaire de l’année 2016 qui s’élèvent à plus de 2 milliards de Fcfa. « Nous espérons que ces éléments d'explication permettront de clore ce débat inopportun sur la situation du compte de la Ville de Niamey au Trésor et de passer au respect des engagements pris devant les plus hautes autorités du pays, en vue de mettre fin rapidement aux souffrances des salariés de la ville de Niamey et de leurs familles», conclut le Directeur du Trésor public.

En janvier dernier, les agents de la mairie de Niamey ont observé un mouvement de débrayage pour dénoncer 7 mois d’arriérés de salaire. Une situation inconfortable qui a fait le tour de l’opinion nationale et internationale. Les employés de la Mairie font à peu près 3 700 agents.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.