Formation

21 milliards FCFA pour renforcer les capacités de l’administration nigérienne

21 milliards FCFA pour renforcer les capacités de l’administration nigérienne

(Niamey et les 2 jours) - 21 milliards de FCFA de la Banque mondiale seront débloqués pour réorienter le Projet de renforcement des capacités du secteur public pour la délivrance des services (Pcds) au Niger.

Le projet ambitionne d’améliorer la gestion des ressources humaines et les finances publiques. « Les activités qui seront réalisées permettront d’appuyer l’administration dans la poursuite de ses réformes dont la mise en œuvre est devenue indispensable pour le pays » déclare Siaka Bakayoko (photo à gauche), représentant résident de la Banque mondiale. « La restructuration du Pdcs a été engagée pour réfléter la nécessité d’investir de façon significative sur les fondamentaux de la gestion publique en vue de créer les capacités nécessaires de prestation de services, » renchérit la ministre du Plan Kane Boulama.

Ce financement se distingue en trois axes. Le premier permettra de renforcer l’efficacité des dépenses publiques à travers les questions de planification - budget - programme ; la passation de marchés, la gestion de la trésorerie et la transparence.

Le second axe solutionnera le problème lié à l’efficacité de la gestion des ressources humaines de l’Etat par l’entremise de la modernisation des procédures, l’adéquation poste/emploi, l’évaluation de la performance et la base de données des effectifs.

Le troisième axe va gérer le changement des aspects relatifs à la mutualisation des systèmes d’information et de l’interconnexion de l’administration publique ; l’opérationnalisation du système national de suivi-évaluation et le leadership pour le changement.

L’administration nigérienne fait face à des dyfonctionnements liés à la gestion des finances publiques depuis des années. Parmi ces difficultés, l’on note l’obsolescence des procédures de gestion, le manque de données fiables sur les ressources de l’Etat, les pratiques peu orthodoxes en termes de passation de marché, la mauvaise gestion de la trésorerie. Un handicap confirmé par l’Examen de la gestion des dépenses publiques et de la responsabilité financière réalisé en 2016.

Please publish modules in offcanvas position.