Education

Rentrée académique sur fonds de mécontentement généralisé

Rentrée académique sur fonds de mécontentement généralisé

(Niamey et les 2 jours) - Cette année, la rentrée académique dans les universités publiques et les établissements d’enseignement secondaire et du primaire, intervient sur fond de grève. Dans certaines Universités comme celle de Zinder, les enseignants chercheurs cumulent plusieurs mois d’arriérés de salaires, pendant que les étudiants eux exigent des meilleures conditions académiques.

Même si le gouvernement a annoncé la semaine passée le début du paiement de deux mois de salaire et des primes de recherches, les activités académiques restent bloquées du fait de la non-satisfaction des revendications des enseignants chercheurs et des étudiants.

Au Niveau de l’enseignement secondaire, les cours reprennent aussi timidement, bien que la rentrée ait été effectuée le 19 septembre dernier. Là également, c’est la question des arriérés des pécules des enseignants contractuels qui est en cause. En effet, cette catégorie d’enseignants représente plus de 80% des effectifs et certaines régions accusent plus de trois de mois d’arriérés de pécules. A cette situation déjà difficile à gérer pour le gouvernement s’ajoute la multiplicité des syndicats (avec plus de 70 syndicats pour le seul secteur de l’éducation) qui rend toute négociation laborieuse et les accords entre les parties, précaire.

L’autre défi de l’école nigérienne est la qualité des enseignements à propos de laquelle tous les acteurs s’accordent à dire qu’elle laisse à désirer. Le ministère des Enseignements primaires projette d’ailleurs de faire revenir des inspecteurs et conseillers pédagogiques retraités pour assurer « de manière bénévole » l’encadrement des milliers d’enseignants sans formation initiale qui officient dans les écoles.

M.S.S

Please publish modules in offcanvas position.