Education

Les étudiants maintiennent la grève malgré la rencontre avec le nouveau ministre de tutelle

Les étudiants maintiennent la grève malgré la rencontre avec le nouveau ministre de tutelle

(Niamey et les 2 jours) - Ce jeudi 20 avril 2017, le nouveau ministre nigérien de l’Enseignement supérieur, Yahouza Sadissou (photo), a organisé une prise de contact avec la plus grande centrale syndicale des scolaires et étudiants (Usn). Une rencontre ayant permis à chacune des deux parties d’afficher sa position quant à la recherche d’une solution à la crise profonde qui infecte le secteur éducatif nigérien (notamment au supérieur).

Le ministre Yahouza Sadissou demande aux étudiants de lever le mot d’ordre de grève lancé et qui paralyse le secteur éducatif depuis lors. Comme argument, le ministre avance la satisfaction de certains points clés figurant parmi les préalables posés par l’Union des scolaires Nigériens (Usn) avant de reprendre le dialogue. Des exigences satisfaites, comme la réouverture des campus, le retrait des forces de sécurité, la libération des responsables d’étudiants et autres étudiants interpellés ou encore la révocation de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Ben Omar.

« Je voudrais profiter de cette circonstance pour vous demander de faire un pas en levant le mot d'ordre afin de permettre aux élèves et étudiants de reprendre le chemin de l'école. En ce qui concerne les aspects qui restent en suspens, nous nous engageons avec vous à trouver des solutions » a-t-il conseillé.

Une position que ne partage pas le Comité directeur de l’Usn. Même si les responsables des étudiants se disent maintenant ouverts aux pourparlers avec le gouvernement, ils conditionnent la levée du mot d’ordre de grève par la mise en place d’une commission d’enquête qui fera la lumière sur les évènements du 10 avril ayant causé un décès parmi les étudiants (un point figurant également à l’ordre des préalables). « Nous sommes soucieux, au même titre que vous, de sauver notre système éducatif. Toutefois, notre organisation demande que les auteurs, co-auteurs et complices des événements ignobles du 10 avril 2017 soient châtiés pour que nous puissions reprendre le chemin de l'école » a ainsi répondu Soumana Sanbo Ousseini, Secrétaire général de l’Usn.

La crise scolaire et estudiantine ne date pas d’aujourd’hui au Niger. Mais elle a atteint son paroxysme. Les mouvements de grève des étudiants d’un côté ou des enseignants de l’autre sont récurrents. Le dernier en date remonte au 10 avril lorsque l’Usn a manifesté pour réclamer de meilleures conditions de vie et d’étude. Une manifestation qui a mal tourné et enregistré un décès dans les rangs des étudiants. Le 18 avril, l’Usn a lancé un mot d’ordre de grève illimitée jusqu’à satisfaction de ses revendications. Le lendemain, le ministre de tutelle a été remplacé par son collègue de l’Emploi.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.