Education

Nouveau bras de fer entre les enseignants des universités et leur ministère de tutelle au Niger

Nouveau bras de fer entre les enseignants des universités et leur ministère de tutelle au Niger

(Niamey et les 2 jours) - Regroupés au sein du Syndicat national des enseignants-chercheurs du supérieur (SNECS), les enseignants-chercheurs des universités publiques du Niger sont de nouveau en grève.

Un débrayage de 72 heures qui fait suite au non-respect des engagements pris par la tutelle, notamment la poursuite du processus électoral à l’Université de Maradi, le règlement des arriérés de tous les droits statutaires en souffrance dans les universités publiques du Niger, la signature du protocole d’accord du 19 juillet élaboré sous l’égide du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH).

Mécontent de cette reprise de grève dans les campus, le ministre de l’Enseignement supérieur, Yahouza Sadissou (photo), a, dans une lettre adressée aux recteurs des universités publiques du pays, dit avoir constaté cette nouvelle grève dans les universités et rappelle que comme le prévoit la loi, l’agent de l’Etat en grève perd le bénéfice du traitement des jours pendant lesquels il n’aura pas travaillé, sauf décision contraire du tribunal compétent.

Cet autre bras de fer entre les enseignants du SNECS et leur ministère de tutelle intervient après plusieurs mois d’accalmie. La dernière grève initiée par ce syndicat remonte au mois de septembre dernier, lors de la rentrée académique.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.