Education

Niger: les enseignants battent le pavé pour obtenir leurs arriérés de salaire

Niger: les enseignants battent le pavé pour obtenir leurs arriérés de salaire

(Niamey et les 2 jours) - Au Niger, le spectre d’une année blanche planerait-il sur le système scolaire ? A en croire les enseignants qui étaient dans les rues de Niamey hier, pour manifester leur mécontentement, ce scénario n’est pas impossible. Pour ce corps de métier qui réclame le reversement des arriérés de salaires de ses membres, cette sortie vise, au terme de trois mois de revendications marquées par une série de grèves, à faire céder l’Etat.

« Nous sommes des enseignants. Il y a d’autres qui accumulent quatre mois d’arriérés de pécule.» confie, Issaka Abdou, l’un des manifestants, à RFI tandis qu’une autre, Aite Amaivi Mariama, déplore la perte d’un trimestre entier: «Le trimestre est parti comme ça. Si jamais ce gouvernement ne cherche pas un terrain d’entente avec nous, c’est fort difficile de ne pas envisager une année blanche au Niger

Au ministère de l’éducation, ces menaces ne semblent pas être tombées dans l’oreille d’un sourd. Ainsi, affirme le ministre Daouda Mamadou Marthé, « le gouvernement s’engage à payer là où il y a encore les arriérés du mois de septembre et du mois d’octobre. Au plus tard, à la fin du mois de décembre, nous allons payer novembre et décembre de manière à ce que, au plus tard le 8 janvier, on ne parle plus de retard de paiement.»

Des promesses qui ne semblent pas suffir à calmer l’ire des enseignants qui entament un autre mouvement de grève de 72 heures ce mercredi.

Aaron Akinocho

Banner 2

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.