Inscription à notre newsletter

Chaque jour l'actualité de l'économie et de l'investissement au Niger


Site en maintenance
UEMOA

Le Burkina Faso lance un vaste programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural et urbain d’un coût de 363 millions $

Le Burkina Faso lance un vaste programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural et urbain d’un coût de 363 millions $

(Niamey et les 2 jours) - Le premier ministre burkinabè, Christophe Joseph Marie Dabiré (photo), a procédé le 25 avril 2019, au lancement officiel du Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement (PAEA) au Burkina Faso.

D’une durée de cinq, ce programme vise à améliorer l’accès, la durabilité, l’efficacité et la responsabilité de la prestation de services d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu urbain et rural. Mais également, à renforcer la base nationale de connaissances sur la gestion intégrée des ressources en eau et à renforcer le capital humain pour garantir la pérennité de la prestation de services.

A terme, ce sont un million cent soixante mille (1 160 000) personnes qui auront un accès à une source d’eau améliorée, et près d’un million trois cent cinquante mille (1 350 000) personnes qui bénéficieront d’un accès à des infrastructures d’assainissement améliorées. Ainsi, en milieu urbain, le PAEA interviendra dans quatorze (14) centres urbains à savoir : Ouagadougou, Kaya, Korsimoro, Boussouma, Yako, Gourcy, Boussé, Gon-Boussougou, Mogtédo, Béguédo et Tiébélé, Dédougou, Nouna et Bobo-Dioulasso.

En milieu rural, le programme interviendra dans les régions des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun, des Cascades et du Sud-Ouest.

Le coût total du PAEA s’élève à 363 millions $ (environ 213 milliards FCFA). Il est financé à hauteur de 300 millions $ par la Banque mondiale ; 29 millions $ par le gouvernement burkinabè et 34 millions $ par une contribution nature des ménages. Pour Christophe Joseph Marie Dabiré, ce programme « viendra renforcer les multiples actions déjà entreprises par le gouvernement pour rendre effectif, l’engagement « zéro corvée d’eau » que le président du Faso a pris avec le peuple burkinabè ».

Tout en précisant « qu’au 31 décembre 2018, le taux d’accès à l’eau potable était estimé à 73,4% avec des disparités en fonction des régions, des provinces et des communes. Et que le taux d’assainissement quant à lui est resté à 21,6% ».

Zeinab Dosso (stg)

Please publish modules in offcanvas position.