UEMOA

Le Ghana va émettre 2,5 milliards $ d’euro-obligations à un taux tournant autour de 7%

Le Ghana va émettre 2,5 milliards $ d’euro-obligations à un taux tournant autour de 7%

(Niamey et les 2 jours) - Le Ghana prévoit d’émettre 2,5 milliards $ d’euro-obligations à un taux tournant autour de 7%, dans les semaines à venir, a annoncé le ministre des Finances ghanéen, Ken Ofori-Atta (photo), le 24 avril. 

« J'aimerais un taux de 7% ou moins de 7% […] C'est ce que dit le marché », a-t-il déclaré, indiquant que les taux des euro-obligations ghanéennes émises auparavant se sont resserrés ces derniers mois. 

Interrogé par Reuters sur les raisons qui pousseraient un investisseur à acheter des obligations d’un pays fortement endetté et qui a décidé de ne pas solliciter de renouvellement d’un programme d’aide du  Fonds monétaire international (FMI), M. Ofori-Atta a précisé que l’eurobond ghanéen programmé offrira des rendements intéressants aux investisseurs. 

« Pourquoi ne voudriez-vous pas nous prêter de l'argent? Vous recherchez un rendement élevé? Je vous donne ce genre de rendement », a-t-il affirmé.

Le ministre a, d’autre part, indiqué que son pays vise de longues maturités.

« Cette fois, nous verrons si nous pourrions obtenir des maturités de 20 ou 30 ans, mais cela dépendra des avis de nos conseillers », a-t-il noté, rappelant que Citibank, JPMorgan, Bank of America et Standard Chartered ont été chargées de piloter la nouvelle émission. 

Le nouvel eurobond ghanéen servira à refinancer une partie de la dette en dollar du pays et à financer son budget 2018. 

Le FMI avait recommandé, en février, au Ghana, de montrer un engagement plus fort pour la réduction de sa dette qui se situe à 69% du PIB, notamment en limitant sa prochaine émission d’euro-obligations à 500 millions de dollars. Mais les autorités ghanéennes ne l’ont pas entendu de cette oreille.

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, avait annoncé en février dernier que son pays a décidé de se passer des crédits du FMI et de financer son budget grâce à ses propres recettes. « Notre reprise économique va financer notre budget », avait-il alors martelé.

Cabinet Specialise Enquete

Banner 2

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.