Gestion publique

Mali : échec de la médiation de la CEDEAO

Mali : échec de la médiation de la CEDEAO

(Niamey et les 2 jours) - La délégation de haut rang constitué par la CEDEAO pour tenter de trouver une solution de sortie de crise au Mali et le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), organe qui a pris le pouvoir à la suite du coup de force ayant abouti à la démission du président Ibrahim Boubacar Keita ; ne sont pas parvenus à un consensus sur la question de la transition du pouvoir au Mali.
 L’information a été annoncée ce lundi 24 août par le Colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du CNSP, à l’issue des négociations.

« Rien n’est arrêté, rien n’a été décidé par rapport à la transition, à sa durée, à sa direction et à la composition du gouvernement à mettre en place » a-t-il confié à la presse en précisant que l’architecture de la transition sera déterminée entre les Maliens.

Les discussions entre les deux parties ont notamment tourné autour de la question du sort de l’ancien président IBK. Le CNSP a assuré alléger les conditions de sa sécurisation et lui permettre d’être soigné et sécurisé dans un endroit de son choix. En retour, il a demandé à la CEDEAO un allègement voire une levée de ses sanctions. L’institution sous-régionale a promis mettre la question à l’ordre du jour du sommet extraordinaire prévu le 26 août prochain.

L’ancien président Nigérian Goodluck Jonathan s’est quant à lui abstenu de toute déclaration officielle, tout en affirmant que le président IBK n’avait pas été contraint à la démission et que la CEDEAO voulait le meilleur pour le Mali.

Lire aussi:

Les conséquences sécuritaires de la crise malienne sont évidentes selon le président Issoufou Mahamadou

Please publish modules in offcanvas position.