UEMOA

Les capitaux étrangers injectés en Afrique sur de nouveaux projets ont augmenté de 40% en 2016

Les capitaux étrangers injectés en Afrique sur de nouveaux projets ont augmenté de 40% en 2016

(Niamey et les 2 jours) - Les capitaux étrangers injectés pour de nouveaux investissements en Afrique ont augmenté de 40% en 2016 pour atteindre 92,3 milliards $, apprend-on du rapport 2017 sur les Investissement en Afrique, publié par le Financial Times. Mais dans le même temps le nombre de nouveaux projets bénéficiaires de ces fonds a reculé de 16% à seulement 602.

Selon Adrienne Klasa, la responsable de la publication, cette dynamique s’explique par une amélioration des prix des énergies fossiles et des matières premières minières, qui avaient chuté en 2015, même si on a vu l’émergence des secteurs comme la construction et l’immobilier, attirer le plus de capitaux étrangers.

L’Afrique du Sud a enregistré le plus grand nombre de projets bénéficiaires (105 au total). Elle est suivie par le Maroc, l’Egypte, le Nigeria, le Kenya, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Tanzanie et la Tunisie. Le pays ayant attiré le plus de capitaux demeure l’Egypte avec 40 milliards de dollars, en progression de 173%, pour 43% de parts de marché. L’Algérie fait son entrée dans le top 10 et pointe à la 2ème position avec 7,4 milliards de dollars.

Le Nigeria enregistre une baisse de 25% des investissements directs étrangers à 6,2 milliards de dollars. La même tendance baissière est observée au niveau du Kenya (-55%), et le Rwanda (-20%).

Malgré le rebond des prix sur le marché mondial, les secteurs des ressources extractives (pétrole et mines) n’ont attiré que 3,7 milliards $. Ils sont supplantés par le secteur de la construction, qui a bénéficié de 37 milliards $, représentant 40% des capitaux reçu par la région. Il faut toutefois préciser, que le nombre de nouveaux projets dans ce domaine a baissé de 13% à seulement 21, et que cette progression dans les fonds reçu est particulièrement le fait d’un méga projet chinois de 20 milliards $ en Egypte.

Un secteur qui a par contre bien progressé, c’est celui  de la logistique, distribution et transports. Il pointe à la troisième place en terme de capitaux mobilisés (12,8 milliards $), mais surtout il est celui où il y a eu le plus grand nombre de projets bénéficiaires, soit 46, en hausse 24%. Un autre secteur important est celui de la production industrielle, qui a reçu 19,8% des fonds investis. Rappelons cependant qu’au-delà de cette dynamique, les pays africains mis ensemble ne représentent que 12% des investissements directs étrangers dans le monde, et 5% du nombre de projets réalisés.

 SeM

Cabinet Specialise Enquete

Banner 2

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.