UEMOA

UEMOA : les recettes fiscales consolidées des Etats membres se sont améliorées de 14,8% au premier semestre 2019

UEMOA : les recettes fiscales consolidées des Etats membres se sont améliorées de 14,8% au premier semestre 2019

(Niamey et les 2 jours) - Les recettes fiscales consolidées des Etats membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont atteint 6379,5 milliards FCFA (10,6 milliards $) au cours des six premiers mois de l'année 2019 s'achevant à fin juin, a-t-on appris du rapport de politique monétaire publié ce mois de septembre par la banque centrale de la sous-région (BCEAO).

Cette performance représente une amélioration de 14,5%, lorsqu'on la compare aux recettes fiscales mobilisées sur la même période en 2018. Elle reflète surtout les bons résultats en matière de recouvrement des droits et taxes douaniers et d'impôt sur le revenu dans la plupart des pays. Ce niveau de mobilisation de ressources aura d'ailleurs été positif pour le solde budgétaire global de la sous-région.

Malgré un recul de 9,7% des dons des partenaires par rapport au premier semestre 2018, le déficit budgétaire global des Etats de l'UEMOA a baissé de 18% au cours du premier semestre 2019. Cela signifie que ceux-ci sont parvenus au mieux, à mobiliser les ressources internes pour se financer. Une inquiétude pèse toutefois sur l'affectation qui a été faite de cet argent.

Les dépenses courantes de fonctionnement ont absorbé une bonne partie et il a été relevé une augmentation de 11% des dépenses de personnels à 2309,1 milliards FCFA, 11,7% pour les transferts et subventions à 1260,3 milliards FCFA et aussi une augmentation du service de la dette de l'ordre de 20,8%. Dans le même temps, les dépenses d'investissement ont augmenté de 7,9%.

La hausse des dépenses pour le remboursement des intérêts sur les emprunts effectués par les Etats peut aussi inquiéter, parce que ces derniers continuent de solliciter au maximum le marché sous-régional des capitaux (de la dette). Au premier semestre 2019, le montant global des émissions brutes sur le marché régional de la dette publique s'est élevé à 2300,2 milliards FCFA, en hausse de 78,5% par rapport au premier semestre de l'année 2018. Il faut dire que la Côte d'Ivoire et le Sénégal, les deux économies phares de la sous-région, ont été les plus actifs sur ce segment.

Idriss Linge

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.