UEMOA

Ghana : la Banque mondiale conseille de réduire les importations de produits alimentaires afin de revitaliser l’économie

Ghana : la Banque mondiale conseille de réduire les importations de produits alimentaires afin de revitaliser l’économie

(Niamey et les 2 jours) - Selon le directeur pays de la Banque mondiale pour le Ghana, Henry Kerali (photo), le gouvernement ghanéen devrait se concentrer sur la réduction des importations des produits alimentaires afin de revitaliser le secteur agricole, contribuant ainsi à améliorer l’économie du pays.

Henry Kerali s’exprimait ainsi à l’occasion d’un forum organisé par la Chambre de commerce américaine au Ghana sur le thème : « Economie du Ghana : de la stabilisation à la croissance », rapporte le Business&Financial Times.

Pour le directeur pays de la Banque mondiale pour le Ghana, le gouvernement devrait prendre des mesures pour rendre le secteur agricole encore plus attrayant qu'il ne l'est aujourd'hui, en attirant les investisseurs avec de bonnes incitations.

« Nous avons constaté un très fort taux d'importation, ce qui n'est pas bon pour l'économie. Le Ghana, en 2016 seulement, a importé pour près de 2 milliards $ de nourriture pour un pays qui a beaucoup de terres, des personnes très qualifiées et de nombreuses compétences. Bien que certaines personnes ne soient pas formées, vous avez au moins des gens capables d'utiliser des machines. Alors, pourquoi cela se passe-t-il au Ghana ?», a déclaré Henry Kerali.

Ajoutant, par la même occasion, que malgré le retour à une croissance soutenue en 2017 en raison d’une bonne gestion macroéconomique, l’inflation alimentaire demeure préoccupante dans le pays. « L'inflation alimentaire continue cependant à être une préoccupation, principalement en raison du niveau des importations alimentaires. Et si l'un d'entre vous cherche à investir, alors le secteur de l'alimentation est le meilleur endroit où investir car il a un énorme potentiel. Je dis cela parce qu'il y a beaucoup d'argent à se faire là-bas, et il y a aussi beaucoup de demande de nourriture au Ghana. », a révélé le fonctionnaire de la Banque mondiale.

A noter que le gouvernement ghanéen, à travers son programme phare « planter pour l'alimentation et l'emploi », mène actuellement une campagne pour transformer les terres agricoles en un énorme panier alimentaire qui devrait permettre de réduire drastiquement la facture des importations de nourriture du pays.

Ce programme prévoit également des incitations fiscales pour les entreprises - y compris les brasseries et les entreprises de transformation alimentaire - qui sont disposées à se lancer dans l'agriculture pour approvisionner leurs usines.

En 2017, le maïs, le riz, le soja, le sorgho et les légumes, ainsi que la tomate, l'oignon et le poivre, étaient les cinq principales cultures sur lesquelles il était prévu de se concentrer. La campagne de 2017 devait produire des aliments d'une valeur de 1,3 milliard de cédis (environ 290 millions $) au Ghana.

Cabinet Specialise Enquete

Banner 2

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.