UEMOA

Bénin: deux ans à l’épreuve du pouvoir, quel bilan pour Patrice Talon?

Bénin: deux ans à l’épreuve du pouvoir, quel bilan pour Patrice Talon?

(Niamey et les 2 jours) - Patrice Talon qui a affirmé, à son élection, vouloir entrer dans l’histoire en changeant la face de son pays, se savait attendu. Si deux ans plus tard, il n’y est pas encore parvenu, on ne peut nier qu’il sème des graines. Reste à savoir à quoi ressembleront les fleurs et plus encore, les fruits.

Lire aussi le portrait de Patrice Talon par Servan Ahougnon, dans notre numéro de la semaine passée : 11/05/2018 - Les deux vies de Patrice Talon

Au plan économique, les deux premières années du gouvernement Talon ont été marquées par une reprise économique qui s’est traduite par une hausse de la croissance du pays qui est passée de 2,1% en 2015 à 6,1% en 2018. Ce bond s’explique par un regain du cours des matières premières, après une chute enregistrée en 2015, et par une reprise de l’activité économique du Nigeria. L’exécutif actuel qui a misé sur l’efficacité budgétaire et un contrôle accru des dépenses s’est donné pour objectif de faire passer le déficit budgétaire de 5,9% en 2017 à 4,8% en 2018.

lagarde et talon

Un programme ambitieux qui a reçu le soutien du FMI.

Le gouvernement qui a pour ambition de réaliser un véritable miracle économique, s’est doté d’un plan d’action ambitieux qui nécessitera un investissement de 15 milliards $ sur les cinq années du mandat du président. S’il est critiqué par une partie de l’opinion nationale qui y voit juste un effet d’annonce, le programme d’action du gouvernement (PAG) a néanmoins reçu le soutien d’organisations comme le FMI qui l’accompagnera à hauteur de 151 millions $, dans le cadre de la facilité élargie de crédit (FEC).

Le gouvernement qui a pour ambition de réaliser un véritable miracle économique, s’est doté d’un plan d’action ambitieux qui nécessitera un investissement de 15 milliards $ sur les cinq années du mandat du président.

De son côté, la Banque mondiale a annoncé un financement de 500 millions $ pour soutenir le PAG. Néanmoins, jusque-là, cette ambition du gouvernement s’est surtout traduite par une hausse de l’endettement du pays qui est passé de 42,4% en 2015 à 53,4% du PIB en 2017. Cependant, estime le FMI, dans une analyse de soutenabilité de la dette, le risque de surendettement du pays est modéré.

En ce qui concerne les défis quotidiens, le gouvernement a réussi à régler la question de la pénurie d’énergie électrique dont il a hérité de l’exécutif précédent. En effet, souligne, le ministre des Finances, Romuald Wadagni, dans les colonnes du Monde, « En 2016, lors de notre prise de fonction, la capacité propre du Bénin était de 0 mégawatt (MW). Elle est aujourd’hui de 240 MW grâce à des solutions d’urgence qui ont permis de mettre fin aux délestages intempestifs ».

 Romuald Wadagni

Romuald Wadagni, ministre des Finances.

En septembre dernier, le Bénin et le consortium d’entreprises danoises BWSC/MAN ont paraphé un contrat de construction d’une centrale thermique de 120 MW qui sera implantée à Maria-Gleta. D’une enveloppe estimée à plus de 106 milliards FCFA, elle constitue la première étape de la construction du méga-complexe de 480 MW, annoncée par les autorités afin d’atténuer la dépendance énergétique. D’autres grands projets viennent s’ajouter à ceux déjà entamés par le gouvernement Yayi et poursuivis par le régime de la rupture.

Néanmoins, si le gouvernement a annoncé beaucoup de chantiers, les réalisations se font attendre. Une situation que le pouvoir explique par la nécessité qu’il y avait de mettre en place un cadre réglementaire adapté pour les investissements qu’il entend drainer. De fait, l’activité du pouvoir doit également se juger sur ces deux premières années à l’aune des lois qu’il a fait passer.

Quelques lois que nul n’est censé ignorer

Si le bilan du régime en place restera longtemps marqué par le camouflet qui lui a été infligé à l’Assemblée, lors du rejet du projet de loi visant à modifier la constitution, cet échec ne suffira pas à masquer une grande activité sur le plan législatif. Ainsi, l’exécutif a fait adopter une loi du travail plus souple qui a été néanmoins décriée par les travailleurs qui y voient un texte réduisant leurs droits et la sécurité de leurs emplois d’une part, et augmentant d’autre part le risque d’abus de la part des employeurs.

Ainsi, l’exécutif a fait adopter une loi du travail plus souple qui a été néanmoins décriée par les travailleurs qui y voient un texte réduisant leurs droits et la sécurité de leurs emplois.

Une autre réussite a été l’adoption d’un code du numérique visant à réglementer et prévenir les abus liés à l’usage d’internet et des réseaux sociaux. Le pouvoir législatif continue d’étudier un projet de loi visant à modifier la charte des partis politiques présents dans le pays.

Cependant, cette activité législative s’est parfois heurtée aux décisions de la Cour constitutionnelle qui n’hésite pas à rejeter certains textes comme celui fixant le cadre des partenariats public-privé dans le pays. La loi visant l’emploi des collaborateurs externes à la fonction publique a été aussi rejetée pour inconstitutionnalité, la cour suggérant de l’intégrer au statut général de la fonction publique, en vigueur depuis 2015. L’exécutif a profité de cette recommandation pour insérer dans ce dernier texte une disposition privant certains corps de la fonction publique de droit de grève. Cette décision fera basculer le pays dans une crise sociale.

La politique pragmatique d’un libéral convaincu

Le mandat du président Talon a commencé sous le signe de la réconciliation avec son prédécesseur et adversaire Yayi Boni, sous l’égide des présidents ivoirien et togolais Alassane Ouattara et Faure Gnassingbé. Mais le premier impair intervient à Paris où Patrice Talon compare son pays à un « désert de compétences ». La phrase passe mal et divise l’opinion publique. Néanmoins l’exécutif connait ses premières secousses à l’occasion de la rupture entre Patrice Talon et Sébastien Ajavon, en octobre 2016.

ajavon talon1

Patrice Talon et Sébastien Ajavon : l’alliance a vécu.

Le second, homme d’affaires prospère dont le soutien a été déterminant dans la victoire du premier, se retrouve impliqué dans une affaire de trafic de drogue. Il clame son innocence et voit derrière cette affaire, de basses œuvres qu’il attribue à mots couverts à son ex-allié. La justice conclura à un non-lieu; l’alliance, elle, aura vécu.

En janvier 2017, le gouvernement se lance dans une opération de libération des espaces publics occupés de façon anarchique par de petits commerces. Dans un pays où plus de 50% de l’activité est informelle, la mesure vient écorner le capital sympathie dont jouissaient le pouvoir et son chef dans l’opinion publique.

En mars de la même année, Candide Azannaï, soutien de la première heure et ministre du gouvernement, décidera d’en claquer la porte. Il endossera par la suite le costume d’un des critiques les plus acerbes du régime.

En avril, c’est le projet de révision de la Constitution qui échoue à l’assemblée. Marqué, Patrice Talon laisse depuis planer le doute sur une éventuelle candidature à un second mandat, alors qu’il s’était engagé à n’en faire qu’un seul.

La méthode Talon qui se veut pragmatique, se voit taxée de « libéralisme sauvage » par ses adversaires. Liquidation, restructuration et mise en concession en sont les maîtres mots. Sur le plan social aussi, la fronde s’enclenche et touche vite les secteurs de la justice, de la santé et de l’éducation. « Nous avons entrepris des réformes impopulaires. Mais c’est la seule voie de sortie de la pauvreté. C’est vrai qu’il y a quelques tensions, quelques remous, mais c’est bien le signe que tout va bien », tempère M. Talon, lors d’une visite officielle à Paris, en mars dernier.

« Nous avons entrepris des réformes impopulaires. Mais c’est la seule voie de sortie de la pauvreté.»

Il faut noter que tout n’est pas sombre dans ce tableau. Le gouvernement a, en effet, initié et quasiment réussi un combat pour la restitution des œuvres d’art pillées lors de la colonisation. Ces œuvres devraient participer à étoffer l’offre d’un pays qui veut faire du tourisme, l’un des piliers de son développement.

En outre, alors que l’industriel français Vincent Bolloré passe pour être incontournable en Afrique francophone, le gouvernement béninois a marqué un coup d’arrêt à son projet de boucle ferroviaire. En effet, l’exécutif a indiqué, par la voix de son chef, préférer la Chine pour un projet de cette ampleur, renvoyant dos à dos Bolloré et son rival, Petrolin, dirigé par le Béninois Samuel Dossou. La preuve, une fois encore, que les équations compliquées ne rebutent pas Patrice Talon.

Aaron Akinocho, Claude Biao, Fiacre Kakpo.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.