UEMOA

Côte d’Ivoire : l’exécutif signe 12 accords avec les usiniers pour renforcer la transformation d’hévéa

Côte d’Ivoire : l’exécutif signe 12 accords avec les usiniers pour renforcer la transformation d’hévéa

(Niamey et les 2 jours) - En Côte d’Ivoire, le gouvernement vient de faire un nouveau pas pour développer la filière hévéa. Il a en effet signé hier 12 conventions d’investissement avec les usiniers pour que ceux-ci absorbent le reste de la récolte d’hévéa non traitée d’ici 2023.

En Côte d’Ivoire, l’exécutif a paraphé hier, 12 conventions spécifiques d’investissement avec des opérateurs du segment de la transformation de l’hévéa. C’est ce qu’indique un communiqué du Centre d’information et de communication gouvernementale (CIGC).

Cette démarche a pour objectif de permettre à l’industrie de renforcer sa capacité d’usinage pour absorber toute la production de fonds de tasse (caoutchouc humide non transformé) d’ici 2023. Dans ce cadre, les usiniers s’engagent à augmenter d’au moins 400 000 tonnes, leur volume global de caoutchouc naturel transformé sur la période 2020-2023.

Par ailleurs, ceux-ci devront également mettre en œuvre des projets d’investissement d’environ 56,5 milliards Fcfa, utiliser en moyenne 80 % de leur capacité installée de transformation et créer près de 1 800 emplois sur ladite période. 

De son côté, le gouvernement devrait mettre en œuvre plusieurs mesures fiscales et douanières d’accompagnement comme l’octroi entre 25 et 75 % de crédits d’impôt en fonction de la zone d’installation, de la capacité nominale et du montant des investissements des opérateurs.

Pour rappel, la Côte d’Ivoire a produit 780 000 tonnes de caoutchouc en 2019. La filière anticipait avant la crise du coronavirus, un volume de 850 000 tonnes en 2020. Le pays transforme actuellement 55 % de sa récolte de latex.

Espoir Olodo


Please publish modules in offcanvas position.