UEMOA

Mali : la junte s’engage à une transition de 18 mois

Mali : la junte s’engage à une transition de 18 mois

(Niamey et les 2 jours) - La junte malienne, soumise depuis peu à une pression des acteurs nationaux et de la communauté internationale pour la mise en place d’un nouveau gouvernement, s’est finalement engagée samedi 12 septembre, à une transition de 18 mois pour la gestion du pays après le putsch.

Après trois jours de concertation nationale et plusieurs propositions de gestion contestées, la junte a finalement trouvé une issue favorable à la gouvernance dans le Mali. Le samedi 12 septembre, elle a annoncé une transition de 18 mois pour instituer le nouveau gouvernement du pays. Cette décision intervient après le renversement de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, le 18 août dernier.

Des experts désignés par la junte ont adopté une charte de transition au terme de trois jours de discussions au Centre international de conférence de Bamako, lors d’une énième concertation entre les militaires, les personnalités politiques et la société civile. Au terme de ces concertations, il en ressort que le futur président sera désigné par un comité établi par la junte.

Le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta (photo), a pris l’engagement de ne « ménager aucun effort dans la mise en œuvre de l’ensemble de ces résolutions dans l’intérêt exclusif du peuple malien ». Il a par ailleurs sollicité « l’appui et l’accompagnement de la communauté internationale dans cette mise en œuvre diligente et correcte de la charte et de la feuille de route de la transition ».

Mais la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) exige une transition d'un an maximum dirigée par des civils. Elle a par ailleurs donné à la junte jusqu’à mardi pour désigner un président et un Premier ministre civils.

Aïsha Moyouzame


Please publish modules in offcanvas position.