UEMOA

Le président du Conseil d'investissement du Commonwealth souhaite que le Nigeria devienne un allié commercial post-Brexit de la Grande-Bretagne

Le président du Conseil d'investissement du Commonwealth souhaite que le Nigeria devienne un allié commercial post-Brexit de la Grande-Bretagne

(Niamey et les 2 jours) - Pour le président du Conseil des entreprises et de l’investissement du Commonwealth (Commonwealth Enterprise and Investment Council), Lord Jonathan Marland d'Odstock (photo), la Grande-Bretagne devrait faire du Nigeria, l’un de ses principaux alliés commerciaux post-Brexit, rapporte The Telegraph of London.

Cette déclaration du président du Conseil intervient, en prélude au Commonwealth Business Forum 2018, qui se tiendra du 16 au 18 avril 2018, à Londres.

Selon Lord Jonathan Marland, en dehors de Singapour et de la Malaisie, le Nigeria offre les meilleures opportunités d'investissement pour les entreprises britanniques. Ceci, dans la mesure où ce pays est réputé être la plus grande économie d'Afrique, dont 30% des exportations sont effectuées à destination des pays du Commonwealth.

Par ailleurs, le Nigeria est la cinquième plus grande économie du Commonwealth avec un PIB total d'environ 480 milliards $, tout en représentant, avec l'Afrique du Sud, 70% du commerce africain de cette organisation.

La Grande-Bretagne est également le deuxième partenaire commercial du Nigeria, après l'Afrique du Sud, avec des échanges commerciaux s’élevant à environ 3,8 milliards de livres sterling par an.

« Si le Royaume-Uni veut lancer quelque chose, il y a un ou deux endroits vraiment encourageants et optimistes à l'horizon pour commencer un bloc pour une zone commerciale du Commonwealth. Vous avez les grandes populations comme le Nigeria, qui compte 320 millions de personnes - plus grandes que les Etats-Unis - dans moins de 10 ans. Ils aiment les produits britanniques [...] C'est un énorme marché de consommation. Fondamentalement, il y a beaucoup de richesse disponible », a soutenu Lord Jonathan Marland.

A noter que dans la perspective du Brexit, la Grande-Bretagne s’est engagée dans le renforcement de ses relations commerciales avec plusieurs pays africains dont notamment l’Egypte, le Nigeria, l’Ethiopie ou même certaines zones telles que l’Afrique subsaharienne.

La semaine dernière, l'Agence britannique de financement des exportations (UK Export Finance) a même ajouté le naira à sa liste de « devises pré-approuvées », permettant ainsi de financer les transactions, avec les entreprises nigérianes, libellées en monnaie locale.

De ce fait, le naira devient ainsi la troisième monnaie ouest-africaine que cette agence britannique pré-approuve pour son programme de financement des transactions visant à favoriser le commerce avec le Royaume-Uni.

Pour en revenir à la question du Commonwealth, il faut relever que le Royaume-Uni accueillera en avril 2018 – et ce, pour la première fois depuis 1997 - les dirigeants de l’organisation. Ceci, à l'occasion de la 25e réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth.

Quant au Conseil des entreprises et de l’investissement du Commonwealth, sa mission consiste à faciliter le commerce et l'investissement entre les 53 Etats membres. Mais aussi à aider les entreprises privées et les gouvernements à promouvoir l'activité économique.

Cabinet Specialise Enquete

Banner 2

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.