UEMOA

Ghana : le FMI suggère au pays de limiter son projet d’émission d’eurobond à un montant de 500 millions $

Ghana : le FMI suggère au pays de limiter son projet d’émission d’eurobond à un montant de 500 millions $

(Niamey et les 2 jours) - Dans une note datée du 26 février dont l’agence Reuters a eu copie, le Fonds monétaire international (FMI) demande aux autorités ghanéennes de lui présenter un plan clair visant à assainir le secteur financier du pays. Mais également de montrer un engagement plus fort pour la réduction de la dette, notamment en limitant la prochaine émission d’eurobond du Ghana à 500 millions $.

Cette recommandation du FMI intervient environ un mois avant la tenue (éventuelle) des cinquième et sixième revues du programme économique et financier triennal soutenu par une facilité élargie de crédit conclu entre le FMI et le Ghana. En effet, selon des sources au sein du gouvernement ghanéen et du FMI, indique Reuters, les autorités du Ghana souhaitent que se tiennent les cinquièmes et sixièmes revues du programme conclu avec le FMI, au début du mois d’avril.

Les cinquièmes revues, initialement prévues en décembre, ayant été retardées par la mise en œuvre des réformes structurelles de référence. Le Ghana devant notamment légiférer sur de nouvelles mesures visant à augmenter les recettes du pays d’au moins 0,5% du PIB avant que le FMI n'examine un nouveau décaissement en faveur du pays.

« Le Parlement doit adopter des mesures de recettes équivalant à 0,5% du PIB (un milliard de cedis) d'ici le 31 mars et en faire plus par la suite », déclare le FMI.

Par ailleurs, le ministre ghanéen des finances, Ken Ofori-Atta, a déclaré la semaine dernière que le gouvernement envisageait d’émettre jusqu’à 2 milliards $ d’obligations souveraines d’ici à juin. Ceci, en vue de rembourser la dette du pays qui a atteint 68,7% du PIB en novembre dernier et d’aider à financer le budget 2018.

Il importe de relever que l’un des objectifs poursuivis par le FMI, par le biais de ces mesures, consiste notamment en la réduction du déficit budgétaire du pays à travers le renforcement des recettes fiscales. Quant au gouvernement ghanéen, il s’est fixé pour objectif de ramener le déficit budgétaire à 4,5% du PIB en 2018 contre un taux révisé de 6,3%, alors que l'inflation devrait tomber à 8,9%.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.