UEMOA

La Côte d’Ivoire et le Ghana font un pas supplémentaire pour lutter contre la déforestation liée au cacao

La Côte d’Ivoire et le Ghana font un pas supplémentaire pour lutter contre la déforestation liée au cacao

(Niamey et les 2 jours) - Les gouvernements ivoiriens et ghanéens ont lancé hier, des plans d’actions nationaux pour mettre un terme à la déforestation liée au cacao. C’est ce qu’a annoncé la Fondation mondiale pour le cacao (WCF), dans un communiqué publié hier.

Cette démarche entre dans le cadre de l’initiative Cacao et Forêts (ICF), lancée en novembre 2017, en marge de la 23e Conférence des Parties (COP 23) qui s’est déroulée à Bonn, en Allemagne.

D’un point de vue global, les plans d’actions se concentrent sur la protection et la restauration des forêts, la durabilité de la production du cacao et des moyens d’existence des exploitants ainsi que sur l’inclusion sociale et l’engagement communautaire.

Les deux parties se sont également engagées à ne plus convertir de nouvelles surfaces forestières pour la production cacaoyère et se sont accordées sur l’élimination de la production illégale dans les zones protégées.

Spécifiquement, la feuille de route ivoirienne se base sur la Déclaration de la politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts sur 10 ans, adoptée en mai dernier.

Pour sa part, le plan ghanéen repose sur le Programme de réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) du Ghana, qui vise notamment à améliorer les stocks de carbone grâce à une gestion durable des forêts.  

« Notre nouvelle Politique forestière apporte un nouvel élan pour une gestion durable des forêts ivoiriennes et notre plan national pour l’ICF définit les actions clés que le gouvernement entreprendra.», affirme Alain Richard Donwahi, ministre ivoirien des Eaux et Forêts.

« Le plan ghanéen pour l’ICF est une pierre angulaire dans notre cadre stratégique pour une croissance économique durable. Nous voulons assurer l’avenir de nos forêts et rendre le secteur du cacao résilient tout en maintenant et en améliorant les revenus et les opportunités pour les exploitants et les utilisateurs de la forêt.», indique de son côté Kwaku Asomah-Cheremeh, ministre ghanéen de la Terre et des Ressources naturelles. 

Il faut rappeler que 35 compagnies comptant pour 85% de l’utilisation mondiale du cacao, ont déjà rejoint l’ICF.  

D’après les données de la WCF, la Côte d’Ivoire et le Ghana qui comptent pour 65% de l’approvisionnement mondial, ont respectivement perdu 17% et 13% de leur couverture forestière entre 2001 et 2017.

Espoir Olodo

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.