UEMOA

Le Bénin va créer un observatoire de la qualité des services financiers

Romuald Wadagni, ministre béninois des Finances Romuald Wadagni, ministre béninois des Finances

(Niamey et les 2 jours) - Le gouvernement béninois a annoncé la création d’un observatoire de la qualité des services financiers. Celui-ci aura pour mission de renforcer l’attractivité du secteur afin d’augmenter le recours des PME et particuliers aux services financiers formels.

Le Bénin va se doter d’un observatoire de la qualité des services financiers. L’annonce a été faite cette semaine par le gouvernement réuni en Conseil des ministres.

La création du nouvel organisme s’inscrit dans le cadre du projet gouvernemental d’amélioration de l’inclusion financière dans le pays. Pour ce faire, la nouvelle institution aura pour objectif de renforcer l’attractivité du système financier et contribuer à l’amélioration du climat des affaires dans le pays.

Concrètement, il servira à promouvoir la qualité des services financiers offerts par les établissements de crédit, les systèmes financiers décentralisés, les établissements de monnaie électronique ainsi que les compagnies d’assurance et La Poste du Bénin. Il permettra en outre de favoriser l’amélioration de la qualité de la relation entre les opérateurs de services financiers et leurs clients et jouera le rôle de médiateur pour le règlement à l’amiable des litiges.

« L’organisme assurera la veille permanente sur les conditions de banques offertes aux consommateurs des services financiers afin de contenir les coûts », a indiqué le communiqué du Conseil des ministres du gouvernement béninois. Et d’ajouter : « de même, il contribuera à renforcer la confiance des populations et des petites et moyennes entreprises à l’endroit des services financiers ».

Ces dernières années, le Bénin a enregistré de bonnes performances en matière d’inclusion financière. D’après le rapport sur l’inclusion financière de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), le pays a enregistré en 2018 le taux d’inclusion financière le plus élevé de l’espace UEMOA (74,5%), suivi du Togo (71,9%) et de la Côte d’Ivoire (70,4%). Néanmoins, le taux de bancarisation du pays reste faible, avec seulement 22,5% de la population adulte détenant un compte dans les banques, les services postaux, les caisses nationales d’épargne et le Trésor en 2018.

Moutiou Adjibi Nourou

Please publish modules in offcanvas position.