UEMOA

100 millions de personnes rejoindront les classes moyennes en Afrique subsaharienne d’ici 2030, selon l’IFC

100 millions de personnes rejoindront les classes moyennes en Afrique subsaharienne d’ici 2030, selon l’IFC

(Niamey et les 2 jours) - Quelque 100 millions de personnes devraient rejoindre les «classes moyennes» et celles à revenus élevés en Afrique subsaharienne d’ici 2030, a estimé la Société financière internationale (IFC), filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, dans une étude publiée fin mars dernier.

Intitulée «Construire l’avenir de l’Afrique» (Shaping the future of Africa), cette étude révèle aussi que les dépenses des ménages devraient augmenter à un rythme de 5% par an dans la région, contre une moyenne de 3,8 % dans les autres pays en développement. 

Les dépenses des ménages devraient dépasser les 6% dans la plupart des secteurs, mais l’IFC prévoit que les secteurs les plus dynamiques seront ceux des transports et des TIC. 

Le Sénégal, le Mozambique, le Rwanda, le Niger et l'Ethiopie arrivent en tête du classement des pays d’Afrique subsaharienne qui connaîtront une forte croissance de la consommation des ménages.

L’étude de l’IFC a d’autre part fait ressortir que la taille de l’économie africaine, a plus que quintuplé durant les deux dernières décennies, passant de 300 milliards de dollars en 2000 à 1 600 milliards de dollars en 2017. Elle devrait dépasser le cap de 2 000 milliards de dollars, d’ici deux ans.   

Cette hausse a été notamment tirée par le secteur des services, qui a enregistré un taux de croissance annuel de 6,6% durant la dernière décennie. Le secteur de l’industrie a, quant à lui, connu une croissance modeste de 3,1% au cours de la dernière décennie, soit un taux bien inférieur à ceux de l’Amérique Latine et de l’Asie de l’Est, et du Sud-Est. 

L’IFC souligne néanmoins qu’une reprise économique est en cours en Afrique subsaharienne. Le taux de croissance moyen de la région est en effet passé de 1,3% en 2016 à  2,4 % en 2017, grâce à l’amélioration de la conjoncture économique internationale, la hausse des prix de plusieurs matières premières et des conditions financières plus favorables à l’échelle mondiale.   

Et même si la croissance demeure faible dans les plus importantes économies de la région, comme le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Angola, plusieurs autres pays enregistrent des taux de croissance supérieurs à 6 % par an, depuis 2015. Il s’agit notamment de l’Ethiopie, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et la Tanzanie.

Sur le moyen terme, les perspectives de croissance demeurent globalement positives en Afrique subsaharienne. Le taux de croissance de la région devrait atteindre  3,2 % en 2018, et 3,6 % en 2020, selon les projections de l’IFC. En excluant l’Afrique du Sud, l’Angola et le Nigéria, la croissance de l’Afrique subsaharienne devrait atteindre 5 % par an durant les prochaines années. 

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.