Inscription à notre newsletter

Chaque jour l'actualité de l'économie et de l'investissement au Niger


Sécurité

Une vidéo datant de 10 ans provoque des actes de violences sur les Nigériens à Abidjan

Une vidéo datant de 10 ans provoque des actes de violences sur les Nigériens à Abidjan

(Niamey et les 2 jours) - Une vidéo datant d’une décennie où on voit des personnes torse-nu ligotées en train d’être maltraitées par un homme en tenue civile, a été à l’origine de violences sur les Nigériens dans la commune d’Abobo à Abidjan ce mercredi 19 mai.

Les personnes dans la vidéo ayant été présentées à tort comme des « migrants ivoiriens » maltraités par l’armée nigérienne, de jeunes ivoiriens qui visiblement n’ont pas cherché à vérifier l’information, ont exercé des actes de représailles sur les Nigériens vivant dans cette commune. 

En effet, après avoir visionné cette vidéo, des Ivoiriens armés de gourdins et de manchettes se sont attaqués aux Nigériens vivant dans cette commune abidjanaise. On dénombre des dizaines de Nigériens lynchées, leurs commerces et biens pillés et saccagés. 

Or, la vidéo aurait été tournée au Nigeria depuis plus d’une dizaine d’années. Selon plusieurs sources, les individus maltraités présentés comme ivoiriens seraient des membres présumés de Boko Haram appréhendés par l’armée nigériane. À l’origine de la manipulation, une jeune internaute ivoirienne, indique-t-on. 

Face à cette situation qui risquait d’empirer, plusieurs voix au Niger et en Côte d’Ivoire sont montées au créneau pour appeler au calme et à la retenue. 

39789 violences a abobo

C’est ainsi que le Consul honoraire de la Côte d’Ivoire au Niger, Victor Akessé, s’exprimant hier soir sur les télévisions ivoiriennes, s’est dit choqué par les images de cette déferlante de violences gratuites. « Il n’y a pas d’Ivoiriens maltraités au Niger », a martelé le diplomate ivoirien sur la RTI, chaîne de télévision publique généraliste de Côte-d’Ivoire. « Nous vivons en parfaite symbiose avec les Nigériens », a-t-il tenu à préciser. Une sortie qui a visiblement calmé la tension. En effet, ce jeudi, les scènes de violences ne se sont pas poursuivies.  Cependant, de nombreux Ivoiriens vivant à Niamey redoutent des actes de représailles.

Youssouf Sériba



Please publish modules in offcanvas position.