Inscription à notre newsletter

Chaque jour l'actualité de l'économie et de l'investissement au Niger


Politique

Niger : Seyni Oumarou élu à la tête de l’Assemblée nationale

Niger : Seyni Oumarou élu à la tête de l’Assemblée nationale

(Niamey et les 2 jours) - Ce 23 mars, Seyni Oumarou, président du MNSD-Nassara a été élu à la tête de la nouvelle Assemblée législative du Niger. Seul candidat à ce poste, il a recueilli 129 voix sur 166, bénéficiant du soutien du parti au pouvoir, le PNDS-Taraya et de son allié le MPR-Jamhuriya entre autres. Les députés des partis de l’opposition ont quant à eux décidé de quitter la plénière. 

Seyni Oumarou est un habitué de l’arène politique nigérienne. Ancien premier ministre de 2007 à 2009 et président de l’Assemblée nationale de 2009 à 2010, ce fidèle du défunt président Mamadou Tandja sera mis sur le banc de touche lors du coup d’état du 18 février 2010. Cet ancien cadre de la Nigelec (société nigérienne d’électricité) venu à la politique comme conseiller spécial de l’ancien premier ministre Hama Amadou n’avait toutefois pas dit son dernier mot.

Candidat aux élections présidentielles de 2011, il s’inclinera au second tour avec 44 % des voix face à l’actuel président sortant Mahamadou Issoufou. Il rejoint alors l’opposition et se représente aux élections présidentielles de 2016. Arrivé en troisième position, il choisira de soutenir son ancien mentor Hama Amadou contre le président sortant. Le scrutin sera finalement boycotté par l’opposition.

L’évolution du contexte sécuritaire le poussera à rejoindre le gouvernement en 2016 et à occuper le poste de haut représentant du président de la République. 4 ans plus tard, il quitte ce poste pour se lancer dans la course au fauteuil présidentielle pour la 3e fois. Lors de la campagne électorale, il se montre très virulent contre Mohamed Bazoum, le candidat du parti au pouvoir et appelle la cour constitutionnelle à vérifier l’authenticité du certificat de nationalité de ce dernier.   Arrivé en 3e position, il déjoue tous les pronostics et décide d’apporter son soutien à Mohamed Bazoum.

Selon les dispositions de la constitution, le nouveau président du parlement devra prêter serment devant la Cour Constitutionnelle pour prendre officiellement fonction et conduire l’élection des autres membres du bureau, et des différentes commissions. 

Mawulolo Ahlijah



Please publish modules in offcanvas position.