Inscription à notre newsletter

Chaque jour l'actualité de l'économie et de l'investissement au Niger


Site en maintenance
Politique

Niger : 61e anniversaire de l’Indépendance, dans un contexte de transition démocratique

Niger : 61e anniversaire de l’Indépendance, dans un contexte de transition démocratique

(Niamey et les 2 jours) - Devenu État souverain le 3 août 1960, le Niger célèbre ce mardi 3 août ses 61 ans d’Indépendance. Cette 61e fête nationale de l’Indépendance appelée aussi fête nationale de l’arbre, intervient dans un contexte particulier marqué par l’avènement d’une transition démocratique consacrant le premier transfert de pouvoir entre deux chefs d’État civils élus par la voie des urnes (Issoufou Mahamadou et Bazoum Mohamed).

Grace à cette alternance démocratique, le Niger « jouit d’une excellente image internationale, nous ouvrant des fenêtres d’opportunités », a indiqué le Président de la République Bazoum Mohamed dans son message à la Nation hier lundi.

1 drapeau

Ce 61e anniversaire de l’Indépendance du Niger coïncide également avec le trentenaire du multipartisme démocratique instauré dans le pays à l’issue de la Conférence Nationale souveraine initiée le 29 juillet 1991. Cette dernière a mis fin à l’hégémonie du parti État, le Mouvement National pour la Société de Développement (Mnsd) avec les premières élections de l’ère démocratique qui ont consacré l’arrivée de Mahamane Ousmane au pouvoir le 16 avril 1993. Il n’avait alors que 43 ans.

Néanmoins, cet acquis démocratique est fragile en raison du contexte sécuritaire marqué par le terrorisme qui frappe le pays dans les régions de Tillabéry et de Diffa. Bazoum Mohamed se veut rassurant sur le sujet, les âpres épreuves accumulées par l’armée nigérienne durant toutes ces années de lutte contre le terrorisme « ont permis de créer un rapport de force favorable au point que les hordes criminelles embrigadées dans l’État islamique au grand Sahara (Eigs) sont désormais réduites à une seule recette consistant dans les tueries en masse de populations civiles », a relevé le Chef de l’Etat nigérien.

C’est fort de ce rapport de force qu’a été entrepris le rapatriement des populations déplacées qui ont quitté leur terroir depuis 2015 pour certains, fuyant le terrorisme, souligne le président de la République.

Youssouf Sériba


Please publish modules in offcanvas position.