Inscription à notre newsletter

Chaque jour l'actualité de l'économie et de l'investissement au Niger


Site en maintenance
Gestion publique

Niger : Le bilan des inondations s’alourdit

Niger : Le bilan des inondations s’alourdit

(Niamey et les 2 jours) - En fin de semaine dernière, au cours du conseil des ministres, le ministre de l’Action humanitaire et de la Gestion des catastrophes, Laouan Magaci, a indiqué que les inondations avaient fait 64 morts et plus de 69 000 sinistrés. Le bilan qui était auparavant de 44 morts, s’est notamment alourdi avec les fortes pluies qui se sont abattues sur le pays entre le 11 et le 13 août passé.

Dans le détail, 32 personnes auraient perdu la vie par noyade et 32 autres dans l’effondrement de leurs habitations. Les glissements de terrain ont en effet entraîné la destruction de 5100 habitations. Les 63 communes affectées par la furie des eaux se répartissent principalement dans les régions de Maradi et d’Agadez. De nombreux quartiers de la capitale Niamey sont également sous les eaux.

Avec l’appui des partenaires techniques et financiers, le gouvernement organise déjà l’assistance aux sinistrés en procédant notamment à des distributions de vivres et de non-vivres. Aussi, les services publics appellent les populations se trouvant dans les zones à risque à évacuer. En effet, selon les services météos, des averses sont à redouter sur une bonne partie du territoire national dans les jours à venir.

Depuis maintenant trois ans, le bilan des inondations ne cesse de s’alourdir au Niger. Ainsi en 2019, elles avaient entraîné la mort de 57 personnes et fait environ 130 000 sinistrés. En 2020, on dénombrait 65 morts et environ 340 000 sinistrés. Sur cette même période, les eaux avaient emporté des milliers d’hectares de terres agricoles (7 000 sur la période 2021), et des milliers de volailles, d’Ovins et de Caprins, ce qui a eu un impact négatif sur la sécurité alimentaire du pays. Selon la base de données Desinvatar, le pays perd en moyenne 51 milliards FCFA à cause des catastrophes.

De l’avis de nombreux experts, le Niger paie ainsi le prix fort au réchauffement climatique en passant des températures de canicule à des inondations chaque année. Dans un récent rapport du MDPI, éditeur de revues scientifiques sur les inondations à Niamey, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que la tendance haussière des inondations devrait se poursuivre en analysant les données hydrologiques. « Dans ces conditions, la fréquence des événements hydrologiques extrêmes à Niamey aura tendance à augmenter davantage en raison de la concomitance de facteurs tels que l'ensablement du lit de la rivière et les effets des digues », a indiqué le document.

Mawulolo Ahlijah

Lire aussi :

Des inondations meurtrières s'abattent sur le Niger


Please publish modules in offcanvas position.