Finance

Niger : le FMI met en garde contre les déficits budgétaires trop élevés

Niger : le FMI met en garde contre les déficits budgétaires trop élevés

(Niamey et les 2 jours) - Ce 26 octobre, le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la sixième et dernière revue du programme économique et financier du Niger soutenu dans le cadre de la facilité élargie de crédit (FEC). Le conseil d'administration a également approuvé la demande des autorités nigériennes de dérogation pour le non-respect du critère de performance, relatif au financement du budget national à la fin décembre 2019.

L’institution de Bretton Woods a profité de l’occasion pour mettre en garde les autorités contre les déficits budgétaires trop élevés et a appelé à une bonne gestion des recettes pétrolières. « La nécessité de protéger l'économie et les populations vulnérables face à la pandémie de la COVID-19 justifie des déficits budgétaires plus importants en 2020 et 2021. Toutefois, pour sauvegarder les finances publiques du Niger, il sera important de se prémunir contre des déficits élevés, d’intensifier la collecte des recettes, d’améliorer la qualité des dépenses publiques et d'assurer une bonne gestion des prochaines recettes pétrolières supplémentaires », a précisé la directrice adjointe du FMI, Antoinette Sayeh.

Aussi, le Fonds a avisé sur la part peu importante cédée au secteur privé, au Niger. Du reste, le FMI juge les actions entreprises insuffisantes et appelle à leurs renforcements. « Un secteur privé beaucoup plus fort et une plus grande diversification de l'économie sont impératifs pour accroître durablement le niveau de vie au Niger. La réalisation de cet objectif nécessitera des efforts soutenus et ciblés de la part du gouvernement et des partenaires au développement, visant à réduire les écarts en matière d'infrastructures et d'éducation, et à améliorer l'accès au crédit, à continuer par promouvoir la bonne gouvernance, et à mettre en œuvre avec détermination le programme de lutte contre la corruption », a rajouté Antoinette Sayeh.

Notons que le conseil d’administration a également approuvé le décaissement de 19,9 millions de dollars, dans le cadre de la FEC.

Mawulolo Ahlijah

Lire aussi:

Niger : le FMI approuve un décaissement de 19,9 millions de dollars

Doing Business : en 8 ans, le Niger a progressé de 42 places

Une grande partie des ressources est consacrée aux efforts de sécurité (Banque Mondiale)

Niger : la croissance devrait atteindre 9 % à moyen terme, grâce aux exportations de pétrole



Please publish modules in offcanvas position.