Finance

Niger : la BAD a consacré environ 69 millions de dollars pour accompagner l’Etat

Niger : la BAD a consacré environ 69 millions de dollars pour accompagner l’Etat

(Niamey et les 2 jours) - Entre 2017 et 2019, la Banque africaine de développement (BAD) a consacré environ 69 millions de dollars soit 38,6 milliards de francs CFA pour accompagner le Niger dans l’assainissement de ses finances publiques. Cet appui intervenu dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’appui aux réformes et à la résilience économique (PARRE) a entre autres objectifs, d’améliorer la compétitivité économique du Niger.

Dans les détails la banque a indiqué dans un rapport publié le 28 octobre dernier que le PARRE 1 a bénéficié d’un prêt de 19,18 millions de dollars américains, du Fonds africain de développement, et d’un don de 21,92 millions de dollars de la Facilité d’appui à la transition (FAT). Le PARRE 2 a de son côté bénéficié du concours financier des deux instruments de la Banque, qui ont apporté un prêt et un don de 13,7 millions de dollars chacun, totalisant ainsi 27,4 millions de dollars.

Ces actions ont notamment créé les conditions d’une croissance soutenue au Niger. Durant la période, la croissance économique du pays est passée de 4% en 2015 à une moyenne annuelle de 5,9% entre 2017 et 2019. Ce qui se place légèrement au-dessus de la cible du programme qui tablait sur un taux de croissance de 5,4%.

35061 finances publiques la bad a consacr environ 69 millions de dollars pour accompagner le niger msa

« Les résultats réalisés vers l’atteinte de l’objectif de développement du programme sont satisfaisants, souligne le rapport. Le PARRE a eu un impact significatif sur l’accroissement des recettes fiscales, qui ont atteint 1,4 milliard de dollars en 2018 et 1,5 milliard de dollars en 2019, contre 1,1 milliard de dollars en 2016 », souligne la banque.

Sur le long terme, le programme ambitionne de renforcer l’autonomisation des femmes par la réduction des inégalités en matière de genre et de l’incidence de la pauvreté. « À cet effet, le PARRE a mis l’accent sur la résilience agricole nutritionnelle, l’accroissement de l’accès à l’électricité et le renforcement de l’entreprenariat féminin, notamment en milieu rural, qui sont de nature à diversifier les sources de revenus des femmes et donc leur intégration dans le circuit économique », précise le rapport de l’institution multilatérale

Mawulolo Ahlijah



Please publish modules in offcanvas position.