Inscription à notre newsletter

Chaque jour l'actualité de l'économie et de l'investissement au Niger


Site en maintenance
Agro

Niger : Le géant de l’agroalimentaire Kerrygroup et l’ONG Concern Worldwide forment les agriculteurs

Niger : Le géant de l’agroalimentaire Kerrygroup et l’ONG Concern Worldwide forment les agriculteurs

(Niamey et les 2 jours) - La multinationale de l’agroalimentaire Kerrygroup et l’ONG irlandaise Concern Worldwide ont annoncé que leur partenariat dans le cadre du programme Réorienter l’Agriculture vers la Nutrition (RAIN) avait permis de former près de 500 agriculteurs nigériens en 2020. Cette initiative a permis d’améliorer les rendements ainsi que l’accès à l’eau potable dans les villages concernés.

Ce sont des villages de la région de Tahoua qui ont été sélectionnés pour la mise en œuvre de ce programme au Niger. Ainsi, les agriculteurs ont été formés aux techniques d’agriculture intelligente, notamment aux bonnes pratiques concernant la conservation de l’eau et la protection des sols. Les résultats ont été remarquables. 98,6 % des ménages concernés par le programme ont adopté au moins une nouvelle technique d’agriculture de conservation et les rendements des cultures se sont également améliorés.

Celui du mil est ainsi passé de 568 kg par hectare en 2019 à 796 kg en 2020. Pour la première fois, les agriculteurs ont pu vendre une partie de leur récolte de mil et générer une source de revenus. Parallèlement, deux pépinières communautaires ont initié la culture d’arbres fruitiers et forestiers. 2 600 plantes ont été ainsi mises en terre en 2020. Le programme a en outre permis d’améliorer l’accès à l’eau potable, qui atteint désormais 39 % des ménages dans les villages concernés contre 9 % avant le début du projet.

Jean Patrick Masquelier, directeur du programme de Concern Worldwide au Niger, s’est montré satisfait des réalisations. « Trois ans après le début de notre programme, nous constatons l’impact incroyablement positif de RAIN. Quelque 20 000 kilogrammes de légumes ont été produits par 7 000 personnes en 2020 grâce à nos activités maraîchères et le nombre moyen de cultures différentes par ménage est passé de 1,5 en 2018 à 4,9 en 2020, améliorant le régime alimentaire et la diversité nutritionnelle des gens ».

Si le PIB du Niger dépend principalement de l’agriculture et du sous-secteur de l’élevage, le contexte sécuritaire et le changement climatique ont entraîné une situation d’insécurité alimentaire. L’État et ses partenaires multiplient les initiatives pour renforcer la résilience des communautés locales. 

Mawulolo Ahlijah

Lire aussi :

Niger : la Banque Atlantique au centre d’un partenariat pour financer l’agriculture et l’élevage

Niger : le manque de formation et le difficile accès au financement freinent la transformation agricole 


Please publish modules in offcanvas position.