Mines

Les syndicats du secteur minier sollicitent l’implication de l’Etat dans la crise que traverse la Somaïr

Les syndicats du secteur minier sollicitent l’implication de l’Etat dans la crise que traverse la Somaïr

(Niamey et les 2 jours) - Les sections du Syndicat national des travailleurs des mines du Niger (Syntramin) à la Cominak et à la Somaïr (des sociétés d’Areva NC) ont exprimé leur mécontentement face au plan de licenciement annoncé par Areva et appellent l’Etat à intervenir. 

Réunies les 14 et 15 octobre derniers en assemblées générales extraordinaires, les deux organisations ont examiné la situation qui prévaut au sein d’Areva Niger. 

« La synergie du secteur minier exige de l’Etat et ses démembrements de prendre toutes leurs responsabilités par rapport à la situation sciemment créée par Areva», lit-on dans la déclaration qui précise que la Synergie défendra toujours les intérêts des travailleurs dudit secteur. 

La synergie condamne « le projet des plans de licenciements présentés par les directeurs généraux de Somaïr et Cominak comme seule alternative» et se dit ouverte au dialogue. 

Les organisations syndicales du secteur rappellent aussi à l’Etat « l’effet négatif majeur des mesures restrictives de 2015, avec un plan social (la Somaïr et la fermeture d’Imouraren engendrant la perte de milliers d’emplois directs et indirects).» 

En début de ce mois, Areva Niger a annoncé une vague de licenciements qui touchera 900 emplois directs au sein de la société des mines de l’Aïr (Somaïr) où il est majoritaire.

 

Please publish modules in offcanvas position.